Changement climatique: Vers une pénurie de chocolat en 2020?

CACAO Le réchauffement climatique fait craindre le pire aux professionnels du secteur…

D. D.

— 

Le 25 octobre 2017, au musée-manufacture du chocolat, qui a ouvert ses portes à Limonest près de Lyon à l'initiative de Gaëlle et Richard Sève, artisan chocolatier.

Le 25 octobre 2017, au musée-manufacture du chocolat, qui a ouvert ses portes à Limonest près de Lyon à l'initiative de Gaëlle et Richard Sève, artisan chocolatier. — E. Frisullo / 20 Minutes

Amateurs de chocolat, il est peut-être temps de paniquer. Le changement climatique pourrait bientôt impacter la production de fève de cacao en Afrique. La sécheresse au Ghana et en Côte d’Ivoire, les deux principaux pays cultivateurs, a atteint cette année des niveaux records.

>> A lire aussi : Le cacao se dévoile, de la fève à la tablette, au musée du chocolat de Lyon

Le temps sec a pour conséquence des fèves de petites tailles, qui donnent peu de beurre de cacao ainsi que des niveaux d’acides élevés. Caractéristiques que n’apprécie guère l’industrie agroalimentaire. La demande étant bien supérieure à l’offre, les experts du secteur prédisent une pénurie pour 2020. Et un fléau vient détériorer une situation déjà délicate. Il s’agit du virus de la « pousse gonflée » qui, transmis par la chenille farineuse, s’attaque aux cacaoyers.

Un cercle vicieux

En marge du salon du chocolat, qui se tient jusqu’au 1er novembre à Paris, l’agronome Christian Cilas confirme au Parisien qu’il y a « un réel risque de pénurie ». Et décrit un « cercle vicieux ». Pour répondre à une demande mondiale de plus en plus importante (notamment des marchés indien et chinois), les cultures de cacao grandissent à perte de vue. En conséquence, une déforestation massive, elle-même accélérant le réchauffement climatique.

Les industriels devront donc devoir faire un choix entre augmenter le prix final pour répercuter la hausse du coût de production, diminuer la taille des produits vendus ou trouver un substitut du cacao.