Publicité «Sugar Daddy» à Paris: Une enquête ouverte pour «proxénétisme aggravé»

JUSTICE Le site de rencontres propose de mettre en relation des « riches » avec de « jolies personnes »…

20 Minutes avec AFP

— 

Capture d'écran du site RichMeetBeautiful.fr

Capture d'écran du site RichMeetBeautiful.fr — GOOGLE MAPS

Le panneau avait choqué. A proximité d’une faculté parisienne, la publicité incitait les étudiants « à la prostitution », selon ses détracteurs. Une enquête pour « proxénétisme aggravé » a ainsi été ouverte ce jeudi sur le site internet responsable de cette campagne, qui avait déjà sévi en Belgique.

>> A lire aussi : Hommes riches cherchent jolies étudiantes: Le site de rencontres RichMeetBeautiful crée le malaise

« Hey, les étudiant(e) s ! Romantique, passion et pas de prêt étudiant. Sortez avec un Sugar Daddy ou Sugar Mama », pouvait-on lire sur cette affiche sur fond or, avec la photo d’un couple et le nom du site RichMeetBeautiful.fr assorti du dessin d’un diamant.

La remorque supportant le panneau d’affichage a été saisie

« Sugar Daddy » (ou « Sugar Mama ») est une expression américaine déjà ancienne qui désigne un homme (ou une femme) âgé(e) entretenant une jeune personne. La publicité, de la taille d’une grande affiche et posée sur une remorque tractée par une voiture bleue, avait circulé ce mercredi dans les rues de la capitale et fait halte face à l’université Paris-Descartes, en plein Quartier Latin.

Localisée ce jeudi matin dans le XVe arrondissement, la remorque a été saisie pour « affichage d’un support sans autorisation préfectorale », selon la préfecture de police.

>> A lire aussi : Belgique: Un site qui recrute des étudiantes pour des «hommes riches» sous le feu des critiques

L’enquête ouverte par le parquet de Paris notamment pour « proxénétisme aggravé a été confiée à la Brigade de répression du proxénétisme (BRP), selon une source judiciaire.

La mairie de Paris avait dès mercredi saisi la justice pour demander des poursuites contre le site internet et sa publicité mobile, qui constituent selon elle une incitation à la prostitution.