LREM: L'attaché parlementaire nantais Morgan Simon visé par une plainte pour agression sexuelle

JUSTICE Morgan Simon, ce militant LREM qui avait fait le buzz pour s'être affiché avec une casquette derrière Emmanuel Macron, est visé par une plainte...

F.B.

— 

Morgan Simon, à droite de Brigitte Macron (casquette sur la tête) le 7 mai 2017 à Paris.

Morgan Simon, à droite de Brigitte Macron (casquette sur la tête) le 7 mai 2017 à Paris. — P.Kovarik/AFP

  • L'attachée parlementaire du député vendéen LREM Philippe Latombe a déposé plainte lundi pour agression sexuelle.
  • L'homme visé par la plainte est l'attaché parlementaire d'un autre député LREM, la Nantaise Valérie Oppelt.
  • Il s'était distingué en s'incrustant derrière Emmanuel Macron, casquette sur la tête, le soir du second tour de l'élection présidentielle.

L’attaché parlementaire de la députée nantaise Valérie Oppelt (La République en marche) est visé par un dépôt de plainte pour agression sexuelle. Morgan Simon aurait eu le 1er décembre 2016, lors d’une soirée mêlant plusieurs jeunes militants du parti fondé par Emmanuel Macron, des gestes « plus que déplacés » à l’encontre d’une autre militante ligérienne, devenue depuis attachée parlementaire du député vendéen LREM Philippe Latombe, révèle le site Internet d’investigation Médiacités.

Harcèlement par messages téléphoniques

La jeune femme, qui a déposé plainte lundi devant le procureur de la République de Nantes, évoque aussi l’envoi de messages à caractère sexuel sur son téléphone. Un harcèlement qui l’a obligé à se mettre pendant quelques mois en marge du mouvement Les Jeunes avec Macron (JAM) qu’elle animait, précise Médicacités. «S'il m'avait présenté des excuses, je lui aurais sans doute pardonné. Mais je n'avais pas envie que cela arrive à d'autres et cela me rendait malade de ne pas être reconnue comme victime», a-t-elle confié au site Internet.

« Cette affaire m’étonne mais, dans ces conditions, je ne peux pas continuer à travailler de cette manière-là, a réagi Valérie Oppelt, députée de la deuxième circonscription de Loire-Atlantique et employeur de Morgan Simon. Je reste prudente. Il y a présomption d’innocence. Ce n’est pas à moi de faire le travail de la justice. »

Morgan Simon « dément catégoriquement »

Dans un communiqué transmis par son avocat ce jeudi midi, Morgan Simon « dément catégoriquement » les « fausses accusations portées contre lui » qui ne seraient « destinées qu’à le salir ». Il dit se tenir à la disposition de la justice pour « que la vérité soit faite » et ajoute être en mesure « d’apporter aux enquêteurs des éléments particulièrement édifiants quant à la fausseté des accusations dont il est l’objet ».

Il assure aussi ne pas avoir présenté sa démission, contrairement à ce qu’affirmaient dans un premier temps Valérie Oppelt et Médiacités. En fait, Morgan Simon achève actuellement sa période d’essai et ne sera tout simplement pas renouvelé.

L’homme à la casquette derrière Emmanuel Macron

S’il travaillait dans l’ombre de sa députée, Morgan Simon, 32 ans, n’est pas totalement inconnu du grand public. Ce gérant de deux pizzerias nantaises avait eu son heure de gloire le 7 mai 2017, le soir de l’élection d’Emmanuel Macron.

Il était en effet apparu sur le podium de la pyramide du Louvre, vêtu d’un sweat et d’une casquette Adidas, derrière le couple présidentiel mitraillé par des dizaines de flashs de photographes. Une présence qui n’avait pas manqué d’étonner les observateurs et avait suscité le buzz sur les réseaux sociaux.