• Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf sont jugés en appel depuis le 9 octobre.
  • Ils nient tous les deux avoir porté des coups ayant entraîné la mort de Fiona.
  • Ils encourent trente ans de réclusion criminelle.

Au Puy-en-Velay (Haute-Loire), Vincent Vantighem

Elle a craché sa haine tellement fort dans le micro qu’elle en est devenue inaudible. Et que le président de la cour d’assises de la Haute-Loire a dû lui demander de ralentir pour que les jurés la comprennent. Aïcha*, une ancienne amie de Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf, les a exhortés à « dire la vérité sur la mort de Fiona », jeudi au quatrième jour de leur procès pour violences ayant entraîné la mort de la fillette sans intention de la donner.

>> Procès : Les derniers jours de Fiona

Entendue en visioconférence depuis Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), aussi émue qu’en colère, la jeune femme a directement alpagué Cécile Bourgeon. « Mais Fiona, c’est ta fille ! C’est ton sang ! Mais dis la vérité ! » Pas vraiment ébranlée, la mère de la fillette s’est alors levée dans son box pour se défendre à sa manière. « C’est pas toi qui vis avec ça. Moi, je vais avoir ça sur la conscience toute la vie. »

Non, Aïcha n’a pas « ça » sur la conscience. Mais, elle a expliqué comment elle souffrait de la disparition de « l’amoureuse de son fils », de celle qu’elle a gardée de nombreuses fois et qu’elle a lavée, jusqu’à l’été 2012, sans jamais remarquer de traces de coups.

Affaire Fiona: Un rappeur strasbourgeois rend hommage à la
Affaire Fiona: Un rappeur strasbourgeois rend hommage à la - THIERRY ZOCCOLAN / AFP

La confiance trahie dans le couple qu’ils formaient

Cette colère, elle la doit surtout à la confiance qu’elle plaçait dans ce couple, à l’époque. Berkane Makhlouf capable de « calmer les enfants et de jouer avec eux ». Cécile Bourgeon, « cette fille victime qui avait toujours des problèmes ». Quatre ans après, c’est surtout à la mère de Fiona qu’elle en veut. « Je me rends compte aujourd’hui que c’est une grande manipulatrice, qu’elle a plusieurs visages… »

>> Affaire Fiona: Les médiums et chercheurs de cadavres s'activent encore

Et de raconter que le soir où Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf ont annoncé la « disparition » de la fillette, ils lui ont laissé entendre qu’elle avait peut-être été « enlevée » par son père Nicolas Chafoulais. Aujourd’hui, Aïcha sait que les accusés lui ont menti et qu’ils ont enterré la fillette « comme un chien »

« Cinq ans, c’est pas cher payé. »

Entre deux sanglots, la jeune femme a dû se rendre à l’évidence. Il n’y a pas grand-chose aujourd’hui qui semble en mesure de pouvoir ébranler les accusés. A tel point qu’on en vient à se demander si, à force de livrer des versions contradictoires, ils sont vraiment capables de dire ce qu’il s’est passé.

Le comprenant, Aïcha s’est même permis, au final, de donner son sentiment avec ses tripes sur le verdict rendu en première instance. « Cinq ans de prison pour elle, c’est pas cher payé. Vingt ans pour lui, c’est très bien ! » Comme un conseil donné aux jurés qui, le 20 octobre, seront chargés de délibérer sur leur sort.

* Le prénom a été modifié.

Suivez le procès en direct sur le compte Twitter de notre journaliste :@vvantighem