Haute-Garonne: 700 kg de cannabis saisis, onze interpellations dans une vaste opération antidrogue

STUPEFIANTS Un réseau international de trafic de drogue a été démantelé en région toulousaine…

N.S. avec AFP

— 

Près de 700 kg de drogue ont été saisis par les gendarmes en Haute-Garonne.

Près de 700 kg de drogue ont été saisis par les gendarmes en Haute-Garonne. — Gendarmerie nationale

C’est l’aboutissement d’un an d’un an et demi d’enquête, menée par une centaine de gendarmes de la région Occitanie, dont l’antenne du GIGN de Toulouse. Six cent quatre-vingt-dix-sept de cannabis ont été saisis et onze personnes interpellées lors du démantèlement d’un réseau international de trafic de drogue, une vaste opération menée du 5 au 7 octobre en région toulousaine.

>> A lire aussi : Plus de 340 kilos de résine de cannabis saisis à un péage en Isère

Sur les onze personnes interpellées, six ont été mises en examen et placées en détention provisoire lundi, les autres étant en cours de déferrement mardi, selon le parquet de Bordeaux. Outre la drogue, 45.000 euros en liquides, dix véhicules de grosse cylindrée, trois armes de poing et un fusil ont été saisis.

Une opération en deux temps

L’opération de très grande envergure s’est déroulée en deux temps, et a frappé des convois de véhicules qui acheminaient le cannabis en provenance du Maroc.

Dans un premier temps, jeudi, un convoi a été intercepté à Portet-sur-Garonne, à environ 15 km de Toulouse : 321 kg de résine de cannabis et 43 kg d’herbe ont été découverts à bord d’un des véhicules. Des responsables de ce réseau ont été interpellés en même temps en périphérie de Toulouse.

Le lendemain, un second convoi a été à son tour intercepté à Cugnaux, également en banlieue toulousaine, et 333 kg de résine de cannabis découverts à bord des voitures. Deux responsables de ce second réseau ont été interpellés au même moment à Toulouse, et le chef présumé du réseau le lendemain.

>> A lire aussi : Un réseau de stupéfiants démantelé dans la cité du Mirail

Cette enquête au long cours s’est déroulée sous la direction de la section de recherches de Toulouse. Les gendarmes agissaient sous commission rogatoire de la Juridiction interrégionale spécialisée de Bordeaux, compétente en matière de crime organisé.