Lyon: Le directeur du ballet de l'Opéra accusé d'avoir viré une danseuse en raison de sa maternité

JUSTICE Karline Marion accuse Yorgos Loukos de l’avoir discriminée après l’annonce de sa grossesse. Des faits contestés par le directeur du ballet…

Elisa Frisullo

— 

Illustration de danse classique

Illustration de danse classique — JAVIER SORIANO / AFP

  • La danseuse a vu sa collaboration cesser en 2014 après son accouchement et après six ans de CDD.
  • Elle a enregistré le directeur du ballet de l’Opéra de Lyon lors d’un entretien au cours duquel il aurait tenu des propos plus que déplacés.
  • L’avocat du directeur du ballet de l’Opéra de Lyon indique qu’il s’agit « d’un mauvais procès » fait à Yorgos Loukos.

Le directeur du ballet de l’Opéra de Lyon a-t-il mis fin à la collaboration de l’une de ses danseuses parce qu’elle s’apprêtait à devenir mère ? C’est cette question que devra trancher le 9 novembre prochain le tribunal correctionnel de Lyon, où Yorgos Loukos doit être jugé pour « harcèlement et discrimination ».

Selon Médiacités, le directeur de la danse à l’Opéra de Lyon est accusé par l’une de ses anciennes danseuses de l’avoir virée en 2014 en raison de sa maternité. Karline Marion, une danseuse formée par Maurice Béjart était tombée enceinte fin 2013. Un heureux événement qui n’avait visiblement pas été accueilli avec bienveillance par Yorgos Loukos, à en croire des enregistrements dévoilés par Médiacités, incriminant le directeur du ballet.

Une version contestée par Yorgos Loukos

L’homme, enregistré à son insu par la danseuse le 3 février 2014, aurait tenu des propos plus que déplacés à la danseuse enceinte. « Je t’aime beaucoup comme fille, je trouve que t’es gentille, que t’es jolie, que t’as un joli corps, etc. […]. Je pense que si entre 29 et 34 [ans], tu as fait pas mal mais pas beaucoup, c’est pas entre 35 et 40 que tu vas faire plus, en plus avec un enfant […] parce que tu es plus occupée, tu as des choses à faire », aurait-il déclaré.

Après l’accouchement, le ballet de l’Opéra aurait mis fin à la collaboration de la danseuse, après six ans de CDD. La jeune femme avait alors déposé un recours gracieux auprès de la mairie de Lyon, en charge de l’institution lyonnaise. Sans succès.

« C’est un très mauvais procès qui est fait », confie ce mardi à 20 Minutes Me Frédéric Doyez, l’avocat du directeur du ballet de l’Opéra. « Yorgos Loukos conteste formellement le fait que sa grossesse ait été un élément dans son refus de poursuivre la collaboration avec cette jeune femme. Nous avons le témoignage de dizaines de danseuses qui ont eu des enfants et qui ont fait carrière au ballet de l’opéra de Lyon », ajoute-t-il.

La défense de Yorgos Loukos reposera sur la gestion difficile d’un corps de ballet et la sélection féroce entre les danseurs.