Taxe d’habitation, CSG… Les résidents de maisons de retraite lésés par les réformes fiscales

FISCALITE Ils vont subir la hausse de la CSG sans profiter d’aucune compensation…

H. B.

— 

Illustration d'une maison de retraite.

Illustration d'une maison de retraite. — Georges Gobet

Ce sont les « oubliés » de la réforme fiscale mise en place par le gouvernement. Les résidents des maisons de retraite risquent d’être les grands perdants du budget 2018, a fait remarquer ce vendredi Le Parisien.

La perte de pouvoir d’achat des retraités due à la hausse de la CSG devait théoriquement être compensée par la suppression progressive de la taxe d’habitation. Or, la plupart des personnes âgées vivant en maison retraite ne payent pas de taxe d’habitation, note le quotidien.

Un système à l’étude « pour remédier à cette situation »

Ce ne sont pas les personnes âgées qui payent la taxe d’habitation lorsqu’elles résident en maison de retraite, mais l’établissement dans lequel elles séjournent. « Ils la répercutent ensuite dans les tarifs qu’ils appliquent aux pensionnaires », a indiqué au Parisien un haut fonctionnaire.

>> A lire aussi : «L'effort» concernera les retraités «les plus aisés», assure Macron

Les pensionnaires de maison de retraite vont donc subir la hausse de la CSG sans profiter d’aucune compensation. Bercy et les députés de la majorité LREM auraient toutefois indiqué qu’ils réfléchissaient à « un système pour y remédier ». Amélie de Montchalin, députée LREM et membre de la commission des finances, a également prévenu qu’elle serait vigilante à ce que les maisons de retraite ne profitent pas de la suppression de la taxe pour s’enrichir aux dépens des pensionnaires.