Que vous soyez à Lupé ou à Saint-Martin-de-Villereglan, c’est l’heure des immanquables.

L’article à lire du jour : Racisme au travail : « On me renvoie toujours à ma condition de "bougnoule" »

« Dès le premier jour j’ai senti que je n’étais pas le bienvenu. » Rachid O. était employé de la sociétéOnet, dans la filière désamiantage, de septembre 2013 à mars 2017. Dès ses premiers jours sur les chantiers, il se sent stigmatisé : « Certains me disaient "bougnoule", d’autres me faisaient des doigts d’honneur », affirme-t-il. Le témoignage de Rachid O. est à lire ici.

>> A lire aussi : Inégalités salariales: «Une femme qui négocie son salaire est vue comme une opportuniste»

L’article le plus lu du jour : « Le Sens de la fête » : On a débriefé le film avec notre collègue plein de préjugés sur le film

Imaginez : vous arrivez au boulot (ou dans n’importe quel espace où vous pouvez potentiellement croiser une connaissance) et vous vous lancez une discussion badine sur le film que vous avez vu la veille et qui vous a bien plu. Et là, votre interlocuteur vous casse complètement votre délire en enquillant les remarques blasées.

C’est ce qui nous est arrivé ce mercredi matin quand on a voulu parler du Sens de la fête, d'Eric Toledano et Olivier Nakache, que nous avons été conviés à voir mardi soir (merci Europe 1 pour l’invitation, disons-le en toute transparence) et qu’un collègue (et néanmoins bon camarade) se décide à jouer les rabat-joie. Voici donc nos réponses à ses préjugés. Qui sait, ça pourrait vous être utile, que vous vous reconnaissez dans le profil « enthousiaste » ou « acrimonieux ». C’est à lire ici.

>> A lire aussi : VIDEO. Nakache et Toledano ont «Le Sens de la fête», mais aussi le sens de l'humour

L’article le plus partagé : Attentat de Las Vegas : Les nombreuses zones d’ombre autour du suspect

Quelque 59 victimes, plus de 500 blessés et toujours aucune réponse à la question centrale : pourquoi ? Pourquoi Stephen Paddock, un retraité aisé inconnu des autorités, a commis la pire tuerie de masse de l’histoire américaine moderne, déversant une pluie de balles sur des festivaliers de Las Vegas, dimanche. Deux jours après la fusillade, le mystère reste entier. Le détail par là.

>> A lire aussi : Attentat de Las Vegas: Le tireur avait douze armes modifiées pour tirer plus vite (mais c'est légal)