«Mamie djihad»: Une mère radicalisée partie rejoindre son fils en Syrie face à la justice ce jeudi

JUSTICE Une femme âgée de 51 ans est jugée à partir de ce jeudi à la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour «association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes de terrorisme»… 

Helene Sergent

— 

Illustration du palais de justice de Paris.

Illustration du palais de justice de Paris. — THOMAS SAMSON / AFP

  • Christine Rivière a rejoint son fils en Syrie à plusieurs reprises entre 2013 et 2014.
  • Convertie à l’islam, elle entretenait une «relation fusionnelle» avec son fils selon les enquêteurs.
  • Elle encourt jusqu’à dix ans de réclusion.

C’est un procès singulier qui s’ouvre ce jeudi devant la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris. Celui d’une mère née en 1965, convertie à l’islam en 2011, radicalisée et partie à plusieurs reprises en Syrie entre 2013 et 2014 pour rejoindre son fils djihadiste.

A 51 ans, Christine Rivière, surnommée « Mamie djihad » par les enquêteurs, détonne par « sa pleine adhésion » à l’idéologie extrémiste prônée par les terroristes de Daesh.

>> A lire aussi : 18 mois de prison requis contre la mère jugée pour financement du terrorisme

Un profil rare

« C’est un profil relativement rare. Habituellement, ce sont plutôt les épouses qui rejoignent leurs maris », confirme une source judiciaire à 20 Minutes. Ces dernières années, les magistrats ont toutefois été amenés à  juger des parents poursuivis pour « financement du terrorisme ». L’envoi de sommes d’argent à leurs enfants partis rejoindre Daesh ou le règlement des billets d’avion les ayant acheminés en zone irako-syrienne constituent généralement les délits qui leur sont reprochés.

>> A lire aussi : VIDEO. Djihad: Des parents de Français partis en Syrie témoignent dans une campagne choc

Mais Christine Rivière, elle, ne s’est pas contentée d’aider matériellement son fils selon les enquêteurs. Combattant dans ce que l’on nomme à l’époque l’EIIL (l’Etat islamique en Irak et au Levant), Tyler Vilus, 22 ans, quitte la France à début 2013. Quelques mois plus tard, sa mère décide de le rejoindre en Syrie pour un temps avant de rentrer en France. Le 2 juillet 2014, elle est interpellée au domicile de son fils aîné, seul membre de la famille à ne pas s’être converti.

La doyenne des « revenantes »

Tyler, monté en grade au sein de l’organisation terroriste, sera arrêté un an après sa mère en Turquie. Muni d’un passeport suédois, il devait ensuite atterrir à Prague. S’il n’a jamais expliqué les motifs de son retour en Europe, les services de renseignement suspectent alors un passage à l’acte. Aujourd’hui incarcérée, Christine Rivière est la doyenne des femmes revenues de Syrie et détenues. Originaire de Troyes (Aube), « Mamie djihad » encourt jusqu’à dix ans de prison pour « association de malfaiteurs en vue de la préparation d’actes de terrorisme ».

>> A lire aussi : Une note dresse le portrait-robot des djihadistes français morts dans les rangs de Daesh

Sa relation avec son fils, son degré d’implication au sein de l’organisation djihadiste et son adhésion à l’idéologie radicale devront être minutieusement débattus. Contacté par 20 Minutes, son avocat Thomas Klotz n’a pas souhaité s’exprimer avant le début de l’audience. Le procès doit se tenir jusqu’au vendredi 6 octobre.