Beaumont-sur-Oise: Le chef de la police municipale mis en examen pour agressions sexuelles

JUSTICE Il a été laissé libre et placé sous contrôle judiciaire...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration de police municipale.

Illustration de police municipale. —

Il aurait agressé ou harcelé sexuellement six de ses subordonnées. Le chef de la police municipale de Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise) a été mis en examen vendredi soir, d’après des sources concordantes.

C’est un juge d’instruction de Pontoise qui a mis en examen cet homme de 54 ans, pour « agressions sexuelles, harcèlement sexuel et harcèlement moral », a indiqué une source proche de l’enquête. Il a été laissé libre et placé sous contrôle judiciaire. Une enquête préliminaire avait été ouverte après le dépôt d’une première plainte en janvier 2017, suivie de cinq autres.

« Il fait des blagues de cul lourdingues et des avances pas très fines »

« Il a une façon d’être et de procéder qui est ressentie comme de la drague un peu lourde : il fait des blagues de cul lourdingues et des avances pas très fines, mais ça reste au stade de la proposition », a affirmé l’avocat. Selon lui, deux plaignantes l’accusent d’avoir pris leur main pour la placer sur son sexe et une autre de lui avoir mis la main sur la cuisse alors qu’ils se trouvaient en voiture, a détaillé M. Aguillon, qui juge que l’agression sexuelle n’est pas caractérisée dans cette affaire.

Lors de sa garde à vue, le fonctionnaire a contesté les faits qui lui sont reprochés, dont au moins deux sont « très anciens et sans doute prescrits », a indiqué à l’AFP son avocat, Me Frédéric Aguillon.

Quant au harcèlement moral, c’est « une question de ressenti », a jugé le défenseur, affirmant que ces femmes avaient « toutes un motif professionnel d’en vouloir » à son client et que cette affaire s’inscrivait avant tout dans le cadre d’un banal « conflit de travail ».