Lobbying: Les gros cadeaux des fabricants de tabac aux députés et sénateurs

TABAC Depuis janvier 2016, les industriels du tabac doivent déclarer leurs dépenses de lobbying sur le site du ministère de la Santé…

O. G.

— 

Illustration de cigarette.

Illustration de cigarette. — Pixabay

Du champagne à presque 50 euros la bouteille, une loge à Roland-Garros et des places pour des avant-premières de films pour 165 euros… Les cadeaux en nature des entreprises de tabac à nos élus ne se comptent pas seulement en cigares. Les cigarettiers ne lésinent pas sur ses dépenses pour convaincre les parlementaires. Mais on sait maintenant combien cela leur coûte…

>> A lire aussi : Tabac: Le paquet de cigarettes augmentera six fois en trois ans pour atteindre 10 euros

Plus d’un million d’euros dépensés en 2016

Depuis la loi de Marisol Touraine de janvier 2016, ces industriels du tabac doivent publier leurs « dépenses liées aux activités d’influence » dans un objectif de transparence. Et le grand public de découvrir sur le site du ministère qu’en 2016, « 25 entreprises ont déclaré des dépenses de cette nature, pour un montant total de 1.256.466 euros ». Et que le géant du tabac Philipp Morris rémunère dix personnes pour faire du lobbying.

6.629 euros de cadeaux aux élus

Repéré par BFMTV, un groupe sort du lot. Il s’agit de Japan Tobacco International (Camel, Winston…) qui a offert nombre de cadeaux et invitations à 53 parlementaires pour un total de 6.629 euros. Selon la chaîne d’information, les députés Bernard Accoyer, Benoist Apparu, François Baroin, Eric Ciotti, Laurent Wauquiez et Eric Woerth font partie des heureux bénéficiaires. Mais le Sénat est également touché : le sénateur François Patriat a reçu quelques cadeaux. Et ces petits avantages ont également été reçus par deux députés LR, qui ont soutenu plusieurs amendements pro-tabac…

La transparence va-t-elle dans les deux sens ? BFMTV n’a pu répondre à cette question. Si les parlementaires doivent déclarer les avantages en nature quand leur prix dépasse 150 euros au déontologue de l’Assemblée nationale, cette dernière n’a pas confirmé que ces cadeaux avaient été recensés par ses services.

>> A lire aussi : Tabac: Pourquoi les Français les plus défavorisés fument davantage?