De 17 ans à la perpétuité pour un assassinat «comme dans ''Le Père Noël est une ordure''»

YVELINES Les trois auteurs de l'assassinat d'un garagiste disparu en 1996 ont tous écopé de lourdes peines...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration justice.

Illustration justice. — M.LIBERT/20 MINUTES

Ils pensaient être tirés d’affaires. Les trois assassins d’un garagiste disparu en 1996 et dont le corps n’a jamais été retrouvé ont été condamnés à des peines allant de 17 ans de prison à la réclusion à perpétuité, mercredi soir, par la cour d’assises des Yvelines.

La femme de la victime a été condamnée à 25 ans de prison, son amant à la réclusion criminelle à perpétuité et le frère de celui-ci à 17 ans de prison, des peines conformes aux réquisitions du parquet.

La prescription en question

Le trio avait avoué en 2008 avoir poignardé, égorgé puis découpé douze ans plus tôt Philippe Pico, alors âgé de 46 ans, avant de disperser son corps, qui n’a jamais été retrouvé, se croyant certainement à l’abri des poursuites, la prescription étant de dix ans en matière d’assassinat.

Mais le stratagème des deux amants - faire croire à une disparition volontaire de la victime, soi-disant partie refaire sa vie en Bretagne où elle aurait eu un fils - a conduit la justice à fixer la prescription à la date de découverte du crime, ouvrant la porte à un procès plus de 20 ans après les faits.

« Poignardé d’un seul coup dans le coeur »

A la barre, Fabrice Motch a assuré avoir « tout organisé ». Après avoir demandé à Yannick Lannou de droguer son mari, lui et son frère Lionel sont arrivés par l’arrière de la maison, a-t-il raconté d’une voix assurée. Dans la chambre, « j’ai poignardé Philippe d’un seul coup en plein coeur », a-t-il poursuivi. « Nous avons mis le corps dans la baignoire et j’ai mis un coup de couteau dans la carotide pour éviter la boucherie », a-t-il ensuite expliqué, sans émotion apparente.

Une fois vidé, le corps est dépecé par les deux frères dans la cuisine et les morceaux sont emballés dans du film alimentaire puis placés dans des sacs-poubelle, « comme dans le film Le Père Noël est une ordure » racontera l’un des accusés à un enquêteur.

Incarcéré pour le viol des enfants de sa compagne

« Le mobile pour moi il est simple : il fallait éliminer Philippe Pico pour que Fabrice Motch s’installe chez Yannick Lannou », a assuré ce même enquêteur à la barre. Le trio affirme de son côté avoir agi pour supprimer un homme violent envers sa famille.

« J’ai pris la vie de Philippe Pico pour avoir voulu protéger la femme que j’aimais et ses enfants », a assuré Fabrice Motch. « Je regrette sincèrement le manque de discernement qui a conduit à la mort de Philippe », a-t-il ajouté.

Six semaines après la disparition de Philippe Pico, Fabrice Motch a pris sa place dans le foyer. Il a épousé Yannick Lannou en 1998 et a confessé des années plus tard avoir agressé sexuellement les deux enfants de sa victime. Condamné à 15 ans de réclusion en 2010 pour viols sur mineurs, il était théoriquement libérable le 4 octobre prochain.

 

Mots-clés :