Côte d'Or: Un professeur soupçonné d'appartenir à une filière djihadiste écarté par le rectorat

FAITS DIVERS L’enseignant contractuel en anglais aurait été mis en examen en juin pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste »…

20 Minutes avec agence

— 

Le professeur d'anglais aurait été mis en examen dans le cadre d’une enquête sur une filière djihadiste  (illustration).

Le professeur d'anglais aurait été mis en examen dans le cadre d’une enquête sur une filière djihadiste (illustration). — E. Frisullo / 20 Minutes

Un intervenant extérieur en anglais, qui avait pris ses fonctions dans le collège Mercusot de Sombernon, près de Dijon (Côte d’Or), a été écarté, mardi 12 septembre, a révélé Le Bien Public.

L’homme avait pris ses fonctions le matin même avant qu’on lui demande de quitter l’établissement dans la journée. Le rectorat a justifié cette mise à l’écart en raison d’un « dossier non complet ».

>> A lire aussi : Torcy: Soupçonné de «prosélytisme», l'imam, également professeur de maths, suspendu de l'Education nationale

Interpellé dans le cadre d’une enquête sur une filière djihadiste

Mais le quotidien régional a révélé que ce professeur contractuel était soupçonné de radicalisation. Le trentenaire a été interpellé en juin par les policiers de la BRI (Brigade de recherche et d’intervention) de Bordeaux qui intervenaient dans le cadre d’une enquête sur une filière djihadiste, suspectée de vouloir rejoindre les combattants du groupe État Islamique en Syrie.

L’enseignant aurait été présenté aux juges antiterroristes du parquet de Paris puis mis en examen pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste » et placé sous contrôle judiciaire.

Les parents et le collège en émoi

« Les éléments du dossier administratif ne [permettaient] pas son maintien », a déclaré encore ce mercredi matin le rectorat.

Les révélations du quotidien ont semé l’inquiétude dans l’établissement. « Le fait que l’article paru ce mercredi matin mette les parents et le collège en émoi, joue évidemment » dans la décision de « ne pas maintenir » cet enseignant contractuel, a expliqué le porte-parole du rectorat.