• La police alerte contre la diffusion d’une alerte enlèvement qui date de 2009.
  • Le dispositif est toujours levé quand l’enfant est retrouvé.
  • Si vous avez un doute face à une alerte, rendez-vous sur le site officiel du dispositif.

Les alertes enlèvement sont elles aussi touchées par les intox. Mardi, la police nationale a mis en garde contre la diffusion massive sur les réseaux sociaux d’une alerte qui date en réalité de… 2009. La petite Elise, trois ans et demi à l’époque, avait été retrouvée trois semaines après le déclenchement du dispositif.

Les forces de l’ordre ont déjà dû prévenir plusieurs fois la population contre de fausses alertes : en 2010, ils mettaient en garde contre un canular concernant une fillette prétendument enlevée à Saint-Aubin. Plus récemment, c’est la gendarmerie d’Indre-et-Loire qui se mobilisait contre une alerte inventée de toutes pièces.

>> A lire aussi : Attention, une fausse alerte enlèvement circule sur internet

Face à la viralité de ces intox, comment reconnaître une véritable alerte enlèvement ? Ces étapes vous permettent de vérifier si vous êtes face à une vraie alerte :

- Rendez-vous sur les comptes et le site officiel. Pour le site internet, c’est ici : http://www.alerte-enlevement.gouv.fr/La page Facebook est disponible ici : https ://www.facebook.com/alerteenlevement/Et le compte Twitter est là : https ://twitter.com/Justice_Gouv. Il s’agit ensuite de vérifier si l’alerte enlèvement est bien publiée sur ces comptes. Si elle n’y est pas, c’est très probablement un fake.

- Faites attention à la présentation de l’alerte : le logo du ministère de la Justice figure-t-il dessus ? Les autorités diffusent des alertes qui comprennent la photo de l’enfant, son prénom ainsi que la date précise de son enlèvement.

- Les alertes diffusées par le ministère comportent un numéro de téléphone et une adresse électronique pour joindre les autorités.

- Regardez l’orthographe : si elle vous paraît douteuse, il y a là encore de grandes chances pour que vous soyez en présence d’un canular.

Depuis la mise en place du dispositif en 2006, celui-ci a été déclenché 21 fois. Il est immédiatement levé dès que l’enfant est retrouvé.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les fake news. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse. Vous pouvez contacter l’équipe en écrivant à contribution@20minutes.fr.