Irma : Gendarmerie attaquée, prisonniers évadés… Attention aux rumeurs qui circulent sur la situation à Saint-Martin

DESINTOX Sur les réseaux sociaux, le bruit court que l'île serait à feu et à sang. Vraiment? «20 Minutes» a mené l'enquête...

Thibaut Chevillard

— 

À Marigot, sur l'île de Saint-Martin, le 7 septembre, après le passage de l'ouragan Irma.

À Marigot, sur l'île de Saint-Martin, le 7 septembre, après le passage de l'ouragan Irma. — Lionel CHAMOISEAU / AFP

  • L’ouragan Irma a frappé Saint-Martin la semaine dernière, provoquant des dégâts importants.
  • De nombreuses rumeurs courent concernant la situation sécuritaire de l’île.

A chaque catastrophe son lot d’intox. Depuis que l’ouragan Irma a frappé Saint-Martin, la semaine dernière, les rumeurs les plus folles circulent sur les réseaux sociaux. Leur propagation a été favorisée par les coupures de téléphones et d’électricité, qui ont coupé l’île du reste du monde jusqu’à la fin de la semaine dernière. Difficile alors de s’assurer de leur véracité. Certains messages publiés sur Facebook ou Twitter font état de prises d’otages, de gendarmeries attaquées, d’évasion de prisonniers. 20 Minutes fait le point.

Des prisonniers se sont-ils évadés dans la partie Hollandaise de l’île ?

Non, aucun prisonnier de s’est échappé de la prison située dans le quartier Pointe-Blanche, dans la partie hollandaise de l’île. Le Premier ministre a démenti lui-même, samedi, cette rumeur à l’issue d’une réunion de crise à l’Elysée.

Cette information avait été communiquée un peu plus tôt à un reporter de BFMTV par une capitaine de gendarmerie de la brigade de Saint-Martin, avant d’être reprise par d’autres médias. Elle indiquait au journaliste qui l’interrogeait qu’une « partie de la maison d’arrêt s’est effondrée » et que « 250 détenus se seraient évadés en passant par l’armurerie ». Elle soulignait néanmoins que cette information n’était pas « confirmée ». Le service communication de la gendarmerie reconnaît qu’il s’agit d’un « couac » et explique à 20 Minutes que la militaire a sans doute parlé « un peu trop vite ».

« Une fausse information »

« Il est apparu très vite que c’était une fausse information, et qu’en réalité, elle était fondée sur quelque chose qui a affecté la prison, mais les Hollandais ont parfaitement géré la situation et ont maîtrisé toute tentative d’évasion », a en outre expliqué à franceinfo le général Jean-Marc Descoux, à la tête des gendarmes de Guadeloupe et des îles du Nord.

L’armurerie de la police aux frontières a-t-elle été pillée ?

Cette rumeur a notamment été rapportée par l’envoyée spéciale du Figaro à Saint-Martin. Plusieurs sources nous soufflent qu’il s’est effectivement bien passé quelque chose à l’armurerie de la police aux frontières, sans nous dire précisément quoi. Interrogé par 20 Minutes, le service communication de la police nationale refuse de son côté de confirmer ou d’infirmer cette information. Il indique simplement qu’« à ce stade, aucune arme n’a été signalée disparue ».

>> A lire aussi : VIDÉO. Ouragan Irma : attention à ces fausses images virales

Les gendarmeries ont-elles été attaquées ?

Il n’y a pas eu d’attaques de gendarmerie à Saint-Martin et aucune arme n’a été volée aux militaires, affirme le service communication de l’institution, précisant que les locaux n’ont jamais été laissés seuls, même au plus fort de l’ouragan. En temps normal, environ 200 gendarmes sont basés sur l’île. Par ailleurs, les gendarmes n’ont pas été ciblés par des tirs d’armes à feu et n’ont jamais utilisé les leurs, précise la gendarmerie.

Les gendarmes ont-ils reçu l’ordre de ne pas interpeller les pilleurs ?

Une rumeur circulant sur les réseaux sociaux
Une rumeur circulant sur les réseaux sociaux - DR

Peu après le passage d’Irma sur l’île, des commerces de proximité ont été pillés. Sur les réseaux sociaux, certains affirment que les gendarmes ont reçu l’ordre de laisser faire. Ce que dément le service communication de la gendarmerie. D’ailleurs, les militaires ont interpellé 23 personnes en lien avec des vols depuis le 6 septembre. Les scènes de pillages sont de plus en plus rares avec la mise en place d’un couvre-feu et l’envoi de renforts de gendarmes. 200 militaires sont arrivés sur l’île ce week-end et près de 300 autres arriveront dès demain pour assurer la sécurité des habitants.

>> A lire aussi : Irma: Le gouvernement acceptera «volontiers» une commission d'enquête parlementaire

Des familles ont-elles été prises en otage ?

Plusieurs témoignages publiés sur les réseaux sociaux font état de familles prises en otage par des hommes armés. Une rumeur « totalement infondée », affirme à 20 Minutes une source judiciaire sur place, soulignant qu’aucun « événement de cette gravité a été rapporté à ce jour ». « 80 % des informations que nous recevons sont des fakes, mais les gendarmes sont obligés de se déplacer pour vérifier chacune d’elle. Cela fait perdre beaucoup de temps car le réseau routier est pourri », indique à 20 Minutes Samuel Finielz, procureur de la République de Basse-Terre, envoyé à Saint-Martin pour aider les deux vices procureurs déjà présents.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les fake news. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse. Vous pouvez contacter l’équipe en écrivant à contribution@20minutes.fr.