Le Havre: Deux hommes interpellés après avoir crevé plus de 450 pneus de voitures

FAITS DIVERS La police du Havre a déjà enregistré 160 plaintes... 

Floréal Hernandez

— 

Un pneu crevé. (Illustration)

Un pneu crevé. (Illustration) — MB Pictures / Rex Featu/REX/SIPA

  • Les deux hommes ont crevé des pneus durant trois nuits.
  • Une expertise psychiatrique a été ordonnée par le parquet.

Deux cents véhicules dégradés en trois nuits au Havre (Seine-Maritime). Deux jeunes hommes de 19 et 22 ans ont été interpellés par un équipage de police secours le 5 septembre à 4 heures du matin après avoir crevé les pneus de 54 véhicules. C’est un témoin de leurs méfaits qui a prévenu les forces de l’ordre. Les deux majeurs – munis chacun d’un couteau et l’un d’un tournevis – n’en étaient pas à leur première nuit de dégradation.

Les deux interpellés ont « tout reconnu »

Ils ont commencé à crever des pneus dans la nuit de vendredi à samedi, ont récidivé le lendemain, avant de se reposer dans la nuit de dimanche à lundi et d’être interpellés dans celle de lundi à mardi. « Les deux suspects ont crevé au moins 450 pneus, indique Julien Portron, chef de la sûreté urbaine du Havre. Nous avons déjà enregistré 160 plaintes et 39 autres sont à venir. Sur chaque véhicule, ils crevaient au moins deux pneus. Beaucoup ont eu les quatre crevés. Quelques voitures ont également été rayées. »

En garde à vue, les deux hommes ont « tout reconnu », annonce le commissaire de police. Pas de motivation à leurs actes, sinon un « aspect oisif ». Le mode opératoire a été le même lors de leurs trois nuits de dégradations au Havre – dans les quartiers Sanvic, Bléville et Graville – et à Sainte-Adresse.

>> A lire aussi: Ils poussent une voiture dans l'eau et en vandalisent 18 autres

Mercredi après-midi, la garde à vue des deux vandales – connus l’un et l’autre des services de police pour un délit mineur – a été levée. « Cela va laisser le temps de recueillir toutes les plaintes mais également de pratiquer l’expertise psychiatrique ordonnée par le parquet. Un léger doute plane à propos de leur santé mentale », explique le chef de la sûreté urbaine du Havre.