Le pape François parle des femmes, du communisme et de la psychanalyse dans un livre

ENTRETIENS Le souverain pontife s'est livré dans un livre d’entretiens à paraître début septembre...

20 Minutes avec AFP

— 

Le pape François à bord de sa papamobile

Le pape François à bord de sa papamobile — GALAZKA/SIPA

Femmes, communisme, psychanalyse et migrants… Le pape se confie dans un livre d’entretiens* à paraître début septembre. De premiers extraits de l’ouvrage, intitulé Politique et société et né du dialogue entre le souverain pontife et le chercheur français Dominique Wolton, sont publiés dans le Figaro Magazine à paraître ce vendredi.

S’il réitère ses messages d’ouverture exprimés sur les sujets sensibles dans la société et l’Eglise, notamment l’ouverture aux migrants, la laïcité, les prêtres pédophiles, le mariage homosexuel, les rapports avec l’islam ou la communion des divorcés, François se confie aussi intimement.

>> A lire aussi: Pédophilie dans l’Eglise: Philippe Barbarin admet un «réveil tardif»

Sujets intimes

Il évoque notamment les femmes. « Personnellement, je remercie Dieu d’avoir connu de vraies femmes dans ma vie », déclare-t-il. Il rend notamment hommage à ses deux grands-mères et sa mère, qui « affrontait les problèmes les uns après les autres », y compris la souffrance physique, et à ses sœurs.

« Puis il y a eu les amies de l’adolescence, les "petites fiancées"… D’être toujours en rapport avec les femmes m’a enrichi », poursuit François, qui dit avoir « appris, même à l’âge adulte, que les femmes voient les choses d’une manière différente des hommes » et qu'« il est important d’écouter les deux ».

« Je dois tant à cette femme »

Le souverain pontife dit également avoir été très influencé par une militante communiste, Esther Ballestrino de Careaga, tuée sous la dictature argentine (1976-1983) après avoir aidé à fonder le mouvement des mères de la Place de mai, qui dénonçaient la disparition de leurs enfants assassinés par le régime.

« [Elle m’a appris à penser la réalité politique (…) Je dois tant à cette femme », souligne le pape, qui ajoute : « On m’a dit une fois : "Mais vous êtes communiste !" Non, les communistes, ce sont les chrétiens. C’est les autres qui ont volé notre bannière ! »

François confie également avoir « consulté une psychanalyste juive » alors qu’il avait 42 ans, « à un moment de [sa] vie où [il] en a eu besoin ». Il s’est rendu chez elle une fois par semaine pendant six mois « pour éclaircir certaines choses ». « Une très bonne personne » qui « m’a beaucoup aidé », dit-il.

* Politique et société du pape François (Rencontres avec Dominique Wolton), Editions de l’Observatoire, 432 pages, 21 euros, en librairie le 6 septembre.