Départ d'un convoi de «déchets vitrifiés» vers la Belgique

NUCLEAIRE Les 16 conteneurs sont en route pour la Belgique...

20 Minutes avec AFP

— 

Des bâtiments de l'usine Areva La Hague, le 29 mars 2013 à Beaumont-Hague

Des bâtiments de l'usine Areva La Hague, le 29 mars 2013 à Beaumont-Hague — Charly Triballeau AFP

Un convoi de « déchets vitrifiés » a quitté lundi la Hague (Manche) vers la Belgique, a annoncé lundi soir Areva, en référence au procédé qui consiste à enfermer la matière radioactive dans du verre.

« Un transport ferroviaire de déchets vitrifiés de moyenne activité, issus du traitement de combustibles nucléaires usés de SYNATOM à l’usine AREVA la Hague, a quitté ce jour le terminal AREVA de Valognes (Manche). L’emballage, qui contient au total 16 conteneurs, a pour destination le site d’entreposage de Dessel en Belgique », a indiqué Areva dans un communiqué.

« Le transport satisfait aux règlementations nationales et internationales en vigueur en matière de sûreté et de sécurité. L’emballage utilisé, conforme aux normes de sûreté de l’Agence internationale de l’énergie atomique, est conçu pour assurer la protection des personnes et de l’environnement en toutes circonstances », assure Areva.

« Retour des déchets radioactifs dans leur pays d’origine »

« Le retour des déchets belges s’effectue en conformité avec la loi française prévoyant le retour des déchets radioactifs dans leur pays d’origine. Il s’inscrit dans le cadre du contrat de traitement-recyclage entre AREVA et la société de gestion des combustibles nucléaires SYNATOM qui prévoit en particulier la séparation des matières valorisables et des déchets. », précise le groupe.

« Il s’agit du premier transport de déchets vitrifiés de moyenne activité vers la Belgique. Les retours de déchets vitrifiés de haute activité et de déchets compactés de moyenne activité étaient intégralement réalisés à la fin de l’année 2013 dans le cadre de ce contrat. Les déchets retournés avec ce transport correspondent au traitement de 68 tonnes de combustibles usés qui ont permis d’alimenter en électricité pendant environ deux ans l’équivalent d’une ville de la taille de Bruxelles (1.150.000 habitants) », ajoute Areva.