VIDEO. Un chanteur fait un «dab» en concert et se fait arrêter par la police

ARABIE SAOUDITE Le «dab», mouvement qui «représente un danger pour la jeunesse et la société», est interdit en Arabie Saoudite...

20 Minutes avec agence

— 

Le dab est un geste banni en Arabie Saoudite.

Le dab est un geste banni en Arabie Saoudite. — Twitter/@ncnc_sa

Amateurs de « dab », vous êtes bien chanceux de vivre en France. Abdallah al Shahani, un chanteur saoudien, a récemment été arrêté pour avoir fait un dab en concert le week-end dernier, sur la scène d’un festival de musique à Taif ( Arabie Saoudite).

La vidéo de la scène a rapidement circulé sur internet, ce qui a rapidement valu de graves ennuis à son auteur, rapporte ce jeudi The Independent. Le dab est en effet un geste banni dans ce pays.

« Culture de la décadence »

Emprunté à l’univers du rap américain, le dab est formellement interdit par la Commission nationale de lutte contre les drogues, qui dépend du ministère de l’Intérieur et qui y voit une incarnation de la « culture de la drogue et (de) la décadence ».

Le ministère en question a d’ailleurs profité de cette affaire pour rappeler sur Twitter l’interdiction relative au dab, indiquant que le geste « représente un danger pour la jeunesse et la société ».

Le chanteur s’excuse platement

De son côté, Abdallah al Shahani a décidé de faire profil bas. Le chanteur s’est fendu d’un message sur Twitter dans lequel il demande platement pardon.

« Je présente mes excuses à notre gouvernement respecté et à mon public pour avoir involontairement et spontanément fais ce mouvement au festival de Taif. Veuillez accepter mes excuses », a écrit l’artiste saoudien.

Selon The Independent, on ignore à ce jour si le chanteur a bien été remis en liberté.