VIDEO. Evreux: Attaque au lance-patates dans un restaurant du centre-ville

FAITS DIVERS En France, le «patator», ou lance-patates artisanal, est considéré comme une arme de septième catégorie…

20 Minutes avec agence

— 

Un patator, ou lance-patates artisanal.

Un patator, ou lance-patates artisanal. — Wikipedia

Un acte de vandalisme peu banal a eu lieu à Evreux (Normandie), dans la nuit du jeudi 3 au vendredi 4 août dernier. La vitrine d’un restaurant du centre-ville a été la cible de plusieurs tirs de « patator », rapporte l’hebdomadaire La Dépêche.

L’attaque aurait eu lieu entre 1h et 6h du matin. Un groupe d’individus visiblement s’en est pris à la vitrine du restaurant à l’aide d’un lance-patates artisanal, plus communément appelé « patator ». Le propriétaire des lieux, qui a l’intention de porter plainte, explique à l’hebdomadaire avoir « deux heures à ramasser les morceaux de verre et à tout remettre en ordre ».

Des trous larges comme des balles de tennis

Les projectiles, vraisemblablement des cailloux, ont causé d’importants dégâts. L’un des projectiles a traversé de part en part la salle de restauration. « Je ne me connais pas d’ennemi, la soirée s’était bien déroulée avec les clients, je ne vois pas d’où cela peut venir », se désole le patron de l’établissement.

Selon les policiers, la largeur des impacts était équivalente à celle d’une balle de tennis. « Vu la trajectoire des impacts, on peut supposer que les tirs ont été déclenchés d’un fourgon assez haut », ont précisé les enquêteurs.

>> A lire aussi : Interrogé par la police pour avoir fabriqué un «patator»

Une arme de 7e catégorie

Le « patator » est un lanceur artisanal, utilisé pour projeter sur une grande distance un projectile, le plus souvent une pomme de terre. La grande vitesse des projectiles en fait un outil qui peut blesser grièvement. En France, il est considéré comme une arme de 7e catégorie… Tout de même.

La télésurveillance devrait rapidement permettre de lever une partie du mystère : une caméra est en effet installée place du Grand-Carrefour… Non loin du lieu de l’incident.