VIDEO. Attaque à Levallois-Perret: Le suspect toujours hospitalisé

FAITS DIVERS Hamou B. a été touché à cinq reprises au moment de son interpellation sur l’autoroute A16, entre Boulogne et Calais…

20 Minutes avec AFP

— 

La BMW ayant servi à l'attaque contre des militaires à Levallois-Perret a été interceptée par la BRI sur l'A16. Un homme a été interpellé.

La BMW ayant servi à l'attaque contre des militaires à Levallois-Perret a été interceptée par la BRI sur l'A16. Un homme a été interpellé. — PHILIPPE HUGUEN / AFP

  • Une voiture a délibérément foncé dans un groupe de militaire de l’opération Sentinelle mercredi à Levallois.
  • Un suspect a été arrêté dans l’après-midi sur l’autoroute A16.
  • Grièvement blessé, il n’a pas pu être entendu par les enquêteurs.

Le suspect de l’attaque contre des militaires à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) était toujours hospitalisé jeudi au CHU de Lille, a indiqué une source policière. Cet Algérien de 36 ans a été blessé de cinq balles lors de son interpellation par les Brigades de recherche et d’intervention (BRI) de Lille et de Rouen sur l’A16 dans le Pas-de-Calais, quelques heures après avoir blessé six soldats de l’opération Sentinelle à Levallois-Perret.

>> A lire aussi : VIDEO. Levallois-Perret: Que sait-on du suspect arrêté et soupçonné d’avoir foncé sur des militaires ?

Il « n’est pas encore audible », a déclaré la source policière. L’homme, qui n’est pas fiché S (« sûreté de l’Etat »), compte comme seul délit une infraction à la législation sur les étrangers, de même source. Il est actuellement en situation régulière.

Sa garde à vue reprendra si les médecins jugent son état compatible

Son état de santé ne permettant pas qu’il soit entendu par les policiers, sa garde à vue avait été rapidement levée mercredi. Elle reprendra si les médecins jugent son état compatible avec cette mesure.

Les enquêteurs ont découvert l’identité de l’agresseur présumé lors de son interpellation « musclée », après plusieurs heures de fuite au volant de sa BMW de location, repérée « grâce à des renseignements humains et des vidéos », selon la source policière. La police s’attache désormais à « exploiter les éléments » découverts lors des perquisitions effectuées mercredi à son domicile de Bezons (Val d'Oise) et dans « d’autres points ».

>> A lire aussi : Levallois-Perret: «J'ai été réveillée en sursaut par des cris et j'ai vu une voiture passer»

Sixième attaque contre des soldats de l’opération Sentinelle

« C’est un type calme, sympa, respectueux, propre. Il ne fait pas de bruit », a expliqué à 20 Minutes un de ses voisins à Bezons, présent dans l’immeuble au moment de la perquisition de l’appartement d’Hamou B.. Il s’étonne même des faits reprochés à cet Algérien né en 1980 qu’il décrit comme étant « une bonne personne », un voisin qu’il croise régulièrement, « comme tout le monde dans l’immeuble ».

Le parquet antiterroriste s’est saisi de l’enquête, ouverte notamment pour « tentatives d’assassinats sur personnes dépositaires de l’autorité publique en lien avec une entreprise terroriste ». Cette sixième attaque contre des soldats de Sentinelle a relancé le débat sur l’opération, qui mobilise 7.000 soldats en permanence en France depuis les attentats jihadistes de 2015. Le 14 juillet, Emmanuel Macron a annoncé que le dispositif allait être revu « en profondeur ».