Quand les vacances à Madère de passagers de Transavia se transforment en cauchemar

TRANSPORT Plus de 20.000 personnes ont été touchées par les annulations de vols, depuis vendredi à l’aéroport de Madère. Parmi eux des passagers de Transavia qui se plaignent du manque de prise en charge de la compagnie...

Arian Karimi

— 

Avion Transavia, Orly.

Avion Transavia, Orly. — IBO/SIPA

Les difficultés d’atterrissages liées aux vents forts sont légion à l’aéroport de Madère au Portugal. Depuis vendredi, 160 vols ont été annulés et 22.700 personnes ont été impactées selon le décompte de l'aéroport.

Parmi eux, des passagers du vol TO 3411 de Transavia, qui devaient partir samedi, ont contacté 20 Minutes pour se plaindre de la prise en charge de la part de la compagnie.

Une nuit d’hôtel, pas plus

Karina, 36 ans avait réservé son voyage avec le tour-opérateur Fram d’une semaine à Madère pour quatre personnes incluant le transport, l’hébergement et une voiture de location. En tout, la facture lui est revenue à 5.000,19 euros. Le vol retour devait décoller samedi à 11h35 de Funchal avec une escale à Porto avant de rejoindre l’aéroport d’Orly. Malheureusement, les choses ne se sont pas déroulées comme prévu, selon elle.

Billet du vol TO 3411, Transavia
Billet du vol TO 3411, Transavia - Arian Karimi

Sans nouvelle après six heures d’attente, elle apprend finalement que son vol est annulé. Aucun autre n’est programmé pour rentrer dans la journée, conditions météorologiques obligent. Le ton monte devant la porte d’embarquement. Des dizaines de passagers se plaignent car Transavia refuserait de les prendre en charge. Selon la jeune femme, la police serait même venue pour leur demander de quitter les lieux. Finalement Transavia aurait accepté de leur payer une nuit d’hôtel… et c’est tout.

Michael confirme le manque de prise en charge et d’organisation de la compagnie aérienne. Lui est infirmier à Paris. Accompagné de sa femme et de ses deux enfants, il a passé une semaine de vacances à Madère réservée via Promovacances pour « presque 4.000 euros ». Il devait embarquer sur le même vol. Bilan : « On n’a même pas eu un responsable pour nous expliquer la situation. Par téléphone, on appelait la compagnie, qui nous raccrochait au nez. »

Un autre couple était avec Michael et sa femme, Jonathan et Caroline, venus au Portugal avec leur bébé âgé de sept mois. Après la première nuit payée par Transavia, « on a été mis à la rue. J’ai dû marcher sept kilomètres pour chercher des couches pour mon enfant. […]. Finalement, le soir, Promovacances a accepté de nous trouver un hôtel. » Une employée de Promovacances à Madère confirme : « Normalement c’est Transavia qui prend en charge les passagers. Mais ce n’est pas le cas actuellement, Karavel-Promovacances prend donc le relais. »

Pourquoi les vols Transavia ne décollent pas

La colère des passagers est également provoquée par l’impossibilité de quitter Madère avec Transavia, alors que certains avions décollaient et atterrissaient de l’aéroport de Madère rebaptisé depuis plus d’un an, aéroport Cristiano Ronaldo. « Il y avait énormément de vent du 5 au 8 août à Funchal. Certains créneaux permettaient aux avions de se poser, mais Transavia a privilégié la sécurité des passagers. Une partie d’entre eux ont été acheminés par bateau jusqu’à une île voisine, pour décoller depuis Porto jusqu’à Paris », explique la compagnie interrogé par 20 Minutes.

Ce mercredi, Karina est finalement rentrée. Elle est arrivée à l’aéroport d’Orly à 15h20, soit quatre jours de retard sur l’horaire prévu alors qu’elle était censée reprendre son travail lundi. Michael et sa famille, ainsi que Jonathan et Caroline, sont revenus par le même vol.

D’autres ont décidé de se débrouiller autrement. Jean* qui était arrivé à Madère mardi 1er août sur un vol Transavia, avec sa compagne enceinte, pour une semaine de vacances a décidé de rentrer sur Paris en achetant un billet auprès de Tap Portugual, la compagnie nationale. Transavia lui a proposé de rembourser ses billets d’avion ou d’attendre neuf jours pour rentrer au bercail : « Je dois reprendre le travail et ma copine doit passer des examens médicaux […] On ne nous a pas non plus proposé de rembourser les jours d’hôtels, ou la nourriture pendant cette durée… » La compagnie ne nous a pas répondu sur ce point.

Le vol TO 3411 (en haut à gauche, annulé)
Le vol TO 3411 (en haut à gauche, annulé) - Arian Karimi

*Le prénom a été modifié.