• Le marché de Noël ne se tiendra pas cette année sur les Champs-Elysées.
  • Certains sites s’indignent de cet arrêt alors que la mairie de Paris organise chaque année une nuit du ramadan.
  • La laïcité n’a rien à voir avec l’arrêt de ce marché.

Les fêtes de fin d’année sont bien loin, et pourtant le marché de Noël fait son retour dans l’actualité. L’annonce de sa suppression cette année a fait réagir.

Des sites comme Peuple de France ou l’Observatoire de la christianophobie n’ont pas hésité à souligner que la mairie de Paris organise des nuits du ramadan, mais met fin à un marché aux (très) lointaines racines chrétiennes. Le site La gauche m’a tuer (sic) annonce même que la municipalité supprime ce marché « au nom de la laïcité. »

DESINTOX

Le Conseil de Paris a bien adopté à l’unanimité le 3 juillet l’arrêt du village de Noël qui se tenait sur la partie basse des Champs-Elysées, entre le rond-point Marcel Dassault et la place de la Concorde. La Ville a décidé de ne pas renouveler la convention de deux ans qui avait été signée en 2015 avec la SARL Loisirs Associés, société du forain Marcel Campion.

Cette décision ne signifie pas la fin des animations dans cette partie de l’avenue mythique. La Ville « veut en effet s’attacher à offrir plus largement aux visiteurs et aux Parisiens des événements attractifs et innovants de nature à valoriser les Champs-Elysées dans une dimension culturelle et esthétique en adéquation avec ce site d’exception », est-il écrit dans la délibération du Conseil de Paris. A ce titre, « une réflexion avec les groupes politiques » va être engagée pour programmer des animations sur ce secteur.

Selon Le Point, plusieurs élus de la capitale, de droite comme de gauche, estimaient que ce marché n’était pas à la hauteur du cadre prestigieux dans lequel il se déroulait.

La nuit du ramadan, un « événement festif »

La décision du Conseil de Paris n’est donc pas motivée par des motifs religieux ou de laïcité. Quant à la nuit du ramadan évoquée par Peuple de France et l’Observatoire de la christianophobie, elle se déroule chaque année depuis quinze ans, expliquait Le Monde en 2016. « Il s’agit d’un événement lancé par Bertrand Delanoë que nous perpétuons, un événement festif dans la tradition d’hospitalité de Paris », expliquent les services municipaux au quotidien. Cette année, la nuit du ramadan s’est déroulée le 12 juin, sur invitation. La chanteuse Nawel Ben Kraïem s’y est produite.

Le Monde rappelle que la mairie de Paris organise des célébrations autour d’autres événements : en 2012, c’était les 850 ans de la cathédrale Notre-Dame qui étaient célébrés et 2014 c’était la fête juive de Hannouka. Cette année, un colloque sur le protestantisme se tiendra à l’hôtel de ville les 22 et 23 septembre.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les fake news. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse. Si vous souhaitez que la rédaction vérifie une information, écrivez à contribution@20minutes.fr.