Travail: Quels sont les dix métiers les moins épanouissants selon les Français?

EMPLOI Les clercs de notaire sont les moins heureux au travail, selon un sondage réalisé auprès de 120.000 Français...

20 Minutes avec agence

— 

Illustration sur le stress et la dépression au travail.

Illustration sur le stress et la dépression au travail. — CLOSON/ISOPIX/SIPA

Un manque de perspective d’évolution et des conditions de travail difficiles : les mêmes difficultés sont souvent pointées du doigt par les salariés pour expliquer leur mal-être au travail. Le site meilleures-entreprises.com a récemment publié son top 10 des métiers les moins épanouissants, obtenu grâce à un sondage réalisé auprès de 120.000 Français.

Les clercs de notaire sont les moins heureux

En tête de file : les clercs de notaire. Ils sont de loin les moins heureux au travail. Un sur dix, seulement, se dit satisfait de son métier.

En deuxième position : les chefs de publicité. Bien que considéré comme un job de rêve, seulement 26 % d’entre eux s’estiment satisfaits de leur travail. Ils sont suivis de près par les policiers, avec 27 % de taux de satisfaction.

>> A lire aussi : Malgré un sentiment de «malaise», les policiers aiment leur métier

Les informaticiens sans perspective de carrière

Viennent ensuite les opérateurs qualité (29 % de taux de satisfaction), les analystes en gestion, planification des ressources de l’entreprise (30 %) et les informaticiens (34 %).

Ces deux derniers métiers, bien qu’occupés par des profils très recherchés par les entreprises, manquent de perspectives de progression de carrière, ce qui semble influencer négativement leur motivation. C’est d’ailleurs le cas pour tous les métiers de cette liste : moins de 8 % se réjouissent de leurs possibilités d’évolution professionnelle, contre 52 % pour l’ensemble des salariés.

>> A lire aussi : Toulouse: Vous êtes ingénieur en informatique ? Votre CV vaut de l'or

Les infirmiers en 9e position

Le classement se poursuit avec les vendeurs et magasiniers (35 %). On retrouve aussi les infirmiers à la 9e position. Bien que ce métier soit associé à une « vocation » ou une passion, les conditions de travail difficiles, liées aux horaires décalés et au stress, expliquent leur présence dans le classement.

En fin de liste, on constate que les agents d’accueil (36 %) et les vendeurs sont sujets au syndrome de l’hôtesse de l’air : ils sont obligés de sourire en toutes circonstances, même s’ils ne sont pas épanouis dans leur travail.