VIDEO. Le gouvernement veut porter le paquet de cigarettes à 10 euros

TABAGISME La ministre de la Santé a pour objectif de voir naître « la première génération sans tabac »...

20 Minutes avec agence

— 

Le prix du tabac devrait fortement augmenter en 2018 (illustration).

Le prix du tabac devrait fortement augmenter en 2018 (illustration). — ERIC FEFERBERG / AFP

Le prix du paquet de cigarettes pourrait rapidement grimper en flèche. Il sera porté « progressivement à 10 euros », a annoncé ce mardi, Edouard Philippe dans son discours de politique générale devant l’Assemblée nationale.

Une déclaration qui va dans le même sens que l’ambition exprimée récemment par la ministre de la Santé, Agnès Buzyn : « Mon objectif est que la génération qui naît aujourd’hui soit la première génération sans tabac », a écrit la ministre dans un document destiné au Premier ministre.

Augmenter les prix « rapidement et fortement »

Agnès Buzyn souhaite faire de la lutte contre le tabagisme une priorité « en augmentant rapidement et fortement, dès 2018, le prix du tabac », qui est la première cause évitable de mortalité.

>> A lire aussi : Même avec une seule cigarette par jour, le risque de mortalité précoce est accru

Mis en ligne le week-end par le site Hospimedia, ce document sera soumis à des arbitrages.

Une hausse de 50 % pour un paquet à dix euros

La hausse du prix du paquet de cigarettes pourrait même atteindre les 50 %, alors qu’il se situe actuellement entre 6,50 et 7 euros.

Le paquet de cigarettes à dix euros, un temps souhaité par l’ex-ministre de la Santé, Marisol Touraine, avait été évoqué en mars par le candidat Emmanuel Macron durant sa campagne. Dans une interview au Parisien, Agnès Buzyn avait récemment déclaré « ne pas être contre » cette idée.

Selon la ministre, cette augmentation devrait financer des actions de prévention, de sevrage et de recherche.

La nouvelle inquiète les professionnels du tabac

L’hypothèse d’une hausse aussi conséquente du prix des cigarettes est néanmoins loin de séduire les buralistes et les industriels du tabac. « Celles-ci doivent se faire de manière raisonnable afin de ne pas faire exploser encore plus le marché parallèle », a réagi Benoît Bas, directeur des relations extérieures de Japan Tobacco International.