Eure: Un mort dans une séquestration menée par six faux gendarmes

FAITS DIVERS On ignore encore la cause du décès du sexagénaire, retrouvé inanimé au sol après le départ des agresseurs qui ont pris la fuite…

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration de membres du GIGN.

Illustration de membres du GIGN. — Tardivon Jean-Christophe/SIPA

Triste fait divers dans l’Eure. Un sexagénaire de Breuilpont, une petite commune, est décédé dans la nuit de dimanche à lundi, des suites de l’intrusion dans sa maison d’un groupe de six faux gendarmes masqués, a-t-on appris auprès du parquet d’Évreux.

« Ça s’est passé vers 3h du matin. Les six hommes étaient habillés façon GIGN (Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale) », a déclaré la procureure de la République d’Évreux, Dominique Puechmaille, confirmant des informations du Parisien.

Une enquête ouverte pour « homicide volontaire »

Les six hommes ont pénétré dans la maison, séquestrant les quatre occupants. Ils ont séparé le père, âgé de 60 ans, de son épouse et de ses deux filles âgées de 17 et 21 ans qu’ils ont enfermées dans une chambre à l’étage.

On ignore encore la cause du décès du sexagénaire, retrouvé inanimé au sol après le départ des agresseurs qui ont pris la fuite. C’est l’épouse qui a appelé les secours après avoir entendu que les malfaiteurs quittaient la maison.

>> A lire aussi : Séquestration, enlèvement, vol et violences pour une famille de Nîmes

L’enquête a été ouverte par le parquet d’Évreux pour «  homicide volontaire concomitant à un autre crime, sur des faits de vol avec armes en bande organisée et séquestration ayant entraîné la mort ». L’enquête a été confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Rouen. « Le but de l’opération était sans doute d’obtenir de l’argent », a indiqué la procureure, sans pouvoir dire encore si les malfaiteurs en ont dérobé.