Landes: Un torero espagnol tué lors d’une corrida

LANDES Le matador réputé Ivan Fandiño est décédé à l'hôpital après avoir été encorné...

20 Minutes avec AFP

— 

Le torero espagnol Ivan Fandiño à Arles, le 17 avril 2017.

Le torero espagnol Ivan Fandiño à Arles, le 17 avril 2017. — BERTRAND LANGLOIS / AFP

Un matador espagnol réputé, le Basque Ivan Fandiño, est décédé samedi soir à l’hôpital de Mont-de-Marsan où il avait été transporté en urgence après avoir été encorné lors d’une corrida à Aire-sur-l’Adour (Landes), apprend-on de source médicale.

De source médicale, indépendante, on indique que le torero, après d’abord avoir été traité au bloc chirurgical de l’arène d’Aire-sur-l’Adour, a subi deux arrêts cardiaques dans l’ambulance et est décédé à son arrivée à l’hôpital.

>> A lire aussi : La corrida définitivement radiée du patrimoine immatériel de la France

Ivan Fandiño, 36 ans, a été encorné alors qu’il effectuait un quite [une passe avec une cape] à l’un des taureaux de son compatriote Juan del Alamo. Il s’est alors pris les pieds dans sa cape et a trébuché au sol où il a été pris par le taureau qui l’a encorné. Auparavant il avait triomphé en coupant une oreille lors de sa prestation face à son premier taureau.

La corrida de plus en plus contestée

La précédente mort d’un torero dans une arène remonte au 9 juillet 2016 avec le décès du matador espagnol Victor Barrio, 29 ans, dans l’arène de Teruel (centre-est de l’Espagne). Un peu plus d’un mois auparavant, l’excentrique mexicain El Pana était décédé le 2 juin 2016 à l’hôpital de Guadalajara après avoir été blessé le 1er mai lors d’une corrida à Ciudad Lerno.

Si la corrida - « la fiesta nacional » - reste populaire en Espagne avec environ 1.800 spectacles par an et près de six millions de spectateurs, elle est aussi de plus en plus contestée, avec son interdiction depuis 2012 en Catalogne par le gouvernement nationaliste catalan, décision annulée en octobre 2016 par la Cour constitutionnelle espagnole. Plusieurs villes ont également suspendu la feria. Selon l’Association nationale des organisateurs de spectacles taurins (Anoet), les « toros » génèrent annuellement un chiffre d’affaires de 3,5 milliards d’euros.

Mots-clés :