Bac 2017: Découvrez les sujets et les corrigés des épreuves de philosophie

AU SECOURS Auriez-vous votre bac si vous le passiez cette année?….

F.F.

— 

Des candidats passent l'épreuve de philosophie du baccalauréat, le 15 juin 2016 à Strasbourg

Des candidats passent l'épreuve de philosophie du baccalauréat, le 15 juin 2016 à Strasbourg — FREDERICK FLORIN AFP

C’est le grand jour pour les 719.000 candidats au bac. Comme la tradition l’exige, les élèves de terminale passent aujourd’hui l’épreuve redoutée de philosophie. 20 Minutes vous propose de découvrir les sujets en partenariat avec Studyrama, histoire de voir si vous auriez pu avoir la moyenne en passant le bac cette année…

>> A lire aussi : Suivez la première journée du bac 2017 en direct

Bac L

Sujet Bac L 2017 - Philosophie publié par Studyrama

>> Le corrigé de l'épreuve par ici

Bac ES

Sujet Bac ES 2017 - Philosophie publié par Studyrama

>> A lire aussi : VIDEO. Non, le bac n'est pas une simple formalité

>> Le corrigé de l'épreuve par ici

Bac S

 Sujet Bac S 2017 - Philosophie publié par Studyrama

>> Le corrigé de l'épreuve par ici

Bac techno

- Y a-t-il un mauvais usage de la raison ?

- Pour trouver le bonheur, faut-il le rechercher ?

- « On voit à quoi se réduirait l’homme, si l’on en retirait tout ce qu’il tient de la société : il tomberait au rang de l’animal. S’il a pu dépasser le stade auquel les animaux se sont arrêtés, c’est d’abord qu’il n’est pas réduit au seul fruit de ses efforts personnels, mais coopère régulièrement avec ses semblables ; ce qui renforce le rendement de l’activité de chacun. C’est ensuite et surtout que les produits du travail d’une génération ne sont pas perdus pour celle qui suit. De ce qu’un animal a pu apprendre au cours de son existence individuelle, presque rien ne peut lui survivre. Au contraire, les résultats de l’expérience humaine se conservent presque intégralement et jusque dans le détail, grâce aux livres, aux monuments figurés, aux outils, aux instruments de toute sorte qui se transmettent de génération en génération, à la tradition orale, etc. Le sol de la nature se recouvre ainsi d’une riche alluvion1 qui va sans cesse en croissant. Au lieu de se dissiper toutes les fois qu’une génération s’éteint et est remplacée par une autre, la sagesse humaine s’accumule sans terme, et c’est cette accumulation indéfinie qui élève l’homme au-dessus de la bête et au-dessus de lui-même. Mais, tout comme la coopération dont il était d’abord question, cette accumulation n’est possible que dans et par la société. »

DURKHEIM, Education et sociologie (1922)

>> A lire aussi : Bac 2017: Le plan d'attaque tous azimuts contre les fraudeurs

>> Le corrigé de l'épreuve par ici