«J'ai passé les oraux aphone», des internautes nous racontent leurs pires souvenirs du bac

VOUS TEMOIGNEZ Le coup d'envoi du baccalauréat 2017 a lieu ce jeudi. L'occasion pour les internautes de «20 Minutes» de se rappeller leurs pires souvenirs de l'examen... 

Océane Marache

— 

Le taux de réussite toujours plus élevé du bac (87,9% en 2016) n'empêche pas les candidats de subir des aléas.

Le taux de réussite toujours plus élevé du bac (87,9% en 2016) n'empêche pas les candidats de subir des aléas. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Il y a des jours où l’on préférerait rester au lit et d’autres où l’on n’a pas le choix… Sur les 761.701 candidats au baccalauréat cette année, nul doute qu’ils seront nombreux à s’en souvenir pour longtemps. Comme chaque examen, le bac comporte son lot d’aléas que bon nombre racontent ou raconteront à leurs enfants. Pour l’heure, c’est à 20 Minutes que certains des lauréats ont confié leurs pépites.

>> A lire aussi : Bac 2016: Les perles découvertes dans les copies

« J’ai buté à la première question »

Il existe le bon comme le mauvais stress. S’il permet à certains de se voir pousser des ailes, d’autres se retrouvent dénués de tout moyen. Ninon raconte à 20 Minutes son moment de solitude lors de l’oral du bac de français en classe de première « Je connaissais mes textes, les dates, les mouvements par cœur. J’ai buté à la première question : "Et vous vous appelez comment ?". Il m’a fallu présenter ma carte d’identité pour que ça me revienne ».

Julie n’était pas en reste non plus : « Quand tu confonds la feuille de brouillon et la copie… Je suis repartie avec ma copie dans la main, sans me rendre compte de rien, jusqu’au jour où mon directeur m’a convoquée ». Anne était si sûre d’elle, qu’elle est allée un peu trop vite. Un exercice de mathématiques parfait, à une exception près : « Quand une fois l’épreuve terminée, je relis mon brouillon et me rends compte que j’ai mal placé la virgule du résultat final… Un zéro assuré. J’en ai pleuré de rage ! »

« J’ai passé mon bac en ayant la mononucléose »

Les maladies arrivent toujours au moment où l’on s’y attend le moins et au mauvais moment, c’est bien connu. Julie fait partie de ces candidats qui en ont fait les frais : « J’ai passé les oraux aphone et j’étais très mal en point dans le train en y allant. J’étais collée à mon examinatrice pour qu’elle m’entende ».

Laurie, elle, a dû lutter contre le sommeil durant toutes les épreuves : « J’ai passé mon bac en ayant la mononucléose. J’avais fait le plein de boissons énergisantes pour rester éveillée mais c’était vraiment dur, je m’assoupissais par moments ».

>> A lire aussi : Les lycéens commentent leurs révisions du bac sur le Web...et c'est pas gagné!

« J’ai perdu ma chaussure »

La carte d’identité ou la convocation oubliées, les affaires perdues… Le stress entraîne un florilège d’oublis et de maladresses inattendues. Adeline a passé le bac en 1998 mais les souvenirs restent bien frais : « Impossible de retrouver ma convocation avant les épreuves. Heureusement mon lycée avait une copie et l’a faxée au centre d’examen… qui l’a imprimé sur une feuille bleu turquoise. J’ai affronté les regards interrogateurs des examinateurs jusqu’à la fin du bac ».

La carte d’identité perdue ? La trousse ? Il n’en est rien pour Nicolas. Lors de l’épreuve de sport, il a dû courir dans des flaques de boue. Résultat, il perd une chaussure : « Impossible de la retrouver, j’ai fini mon parcours en chaussettes », rapporte-t-il à 20 Minutes.

« J’avais révisé tous les textes, sauf un ! »

Tout le monde a déjà entendu l’un de ses professeurs dire : « Ne faites l’impasse sur aucun chapitre du programme ! », ce n’est pas pour ça que le conseil est toujours suivi. Sur des dizaines de sujets, il est toujours tentant d’en laisser un ou plusieurs de côté. Gaëtan, candidat à l’oral de français en 2015, s’y est risqué… « J’avais révisé tous les textes sauf un, et bien sûr, je tombe dessus. Pendant les 10 minutes de présentation, je m’évertuais à retrouver le peu de souvenirs qu’il me restait, avec un examinateur en face pas très convaincu ». Morale de l’histoire : « révisez tous les textes sans exception », conseille-t-il avec un peu de recul.

Des lauréats se remémorent de petits souvenirs quand pour certains, ils semblent bien plus gros : « Le bac en lui-même est un pire souvenir », raconte Fadel, un brin amusé.

 

Mots-clés :