Aisne: Elle fait une fausse couche lors d'un accident et réclame justice pour son bébé

JUSTICE Enceinte de 23 semaines, Cécile Carré a perdu ce 2 juin l'enfant qu'elle portait lors d'un accident de la route et souhaite que le conducteur soit jugé pour «homicide involontaire»...

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'un nourrisson.

Illustration d'un nourrisson. — DIDIER PALLAGES / AFP

A quelques jours près, Cécile Carré n’aurait pas eu à se battre pour se faire entendre. Vendredi 2 juin, cette jeune femme de 26 ans habitant à Saint-Quentin (Aisne) a été victime d’un accident de la route à Omissy. Alors enceinte de 23 semaines, elle a perdu l’enfant qu’elle portait à cause du choc, rapporte L’Aisne Nouvelle.

Cécile Carré souhaite que le conducteur, qu’elle estime responsable de l’accident, puisse être jugé pour « homicide involontaire » sur son bébé. Oui mais voilà, même si la jurisprudence varie, le fœtus n’est reconnu comme viable « qu’à partir du sixième mois », précise L’Aisne Nouvelle.

 

 

Une pétition a déjà recueilli près de 4.500 signatures

La mère de famille, qui se trouvait à bord du véhicule avec son mari et leur enfant, tous les deux indemnes, a créé ce lundi une pétition en ligne sur le site Change.org : « Oui Monsieur le procureur, tuer un enfant à naître est un homicide ! Justice pour Julie ! ».

Son but : que le procureur de la République de Saint-Quentin (Aisne) reconnaisse que « tuer un enfant à naître est un homicide ». Ce mercredi, près de 4.500 personnes avaient soutenu sa démarche.

L’automobiliste mis en cause avait bu

D’après l’enquête des gendarmes, l’automobiliste, qui avait violemment percuté la Renault Dacia de la famille lors d’une sortie de route, avait consommé de l’alcool.

La maman avait été hospitalisée pour une fracture au niveau de la colonne vertébrale et s’était vue prescrire « une ITT de deux mois », selon Le Courrier Picard, qui précise que c’est lors de l’échographie que Cécile Carré a appris la mort de son bébé.