Education: Le retour à la semaine de quatre jours permis dès la rentrée

RYTHMES SCOLAIRES Le ministre Jean-Michel Blanquer a confirmé qu’il y aurait un assouplissement des rythmes pour la rentrée…

20 Minutes avec AFP

— 

La rentrée scolaire dans une école primaire de Nantes. Illustration.

La rentrée scolaire dans une école primaire de Nantes. Illustration. — S. Salom-Gomis / Sipa

C’est un dossier extrêmement sensible que rouvre le nouveau ministre de l’Education, celui des  rythmes scolaires. Il doit donner la possibilité aux communes de revenir à la semaine de quatre jours dans les écoles dès la rentrée prochaine.

Un troisième changement en neuf ans

Un projet de décret dévoilé par le site ToutEduc et consulté mercredi par l’AFP, a été transmis aux syndicats mardi et doit faire l’objet d’un vote consultatif le 8 juin au Conseil supérieur de l’éducation (CSE), un mois avant la fin de l’année scolaire. Sans abroger la semaine de 4,5 jours réinstaurée en 2013 et 2014 durant le quinquennat Hollande, le document autorise de nouvelles dérogations.

>> A lire aussi : Bientôt la fin des devoirs à la maison pour les élèves ?

Selon ce texte, il est permis « au directeur académique des services de l’Education nationale, sur proposition conjointe d’une commune ou d’un établissement public de coopération intercommunale et d’un ou plusieurs conseils d’école, d’autoriser des adaptations à l’organisation de la semaine scolaire ayant pour effet de répartir les heures d’enseignement hebdomadaires sur huit demi-journées réparties sur quatre jours ».

Cela constituerait le troisième changement de rythmes pour les écoliers en neuf ans.

Promesse de campagne

Emmanuel Macron avait promis pendant la campagne électorale de laisser davantage de liberté aux communes sur les rythmes, en concertation avec les enseignants et les parents.

Le ministre Jean-Michel Blanquer a confirmé samedi qu’il y aurait un assouplissement des rythmes pour la rentrée, en précisant que « tous les territoires satisfaits » doivent « continuer » à appliquer l’organisation actuelle. Les autres municipalités « pourront, si elles sont prêtes, à la rentrée prochaine, changer leur dispositif avec le soutien » de l’institution.

>> A lire aussi : Pourquoi les rythmes scolaires à la sauce Macron risquent de tourner au casse-tête

Pour Francette Popineau, cosecrétaire générale du SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire, le projet de décret « permet aux maires qui le voudraient de revenir à quatre jours ». Elle réclame une « concertation entre enseignants, parents et municipalités » pour aboutir à « quelque chose de satisfaisant pour les apprentissages des élèves ».

« Boîte de Pandore »

« Dire un mois avant la fin de l’année "On change encore", je pense qu’il y a des collectivités qui commencent à se rendre compte que ça ne va peut-être pas se faire comme ça », souligne-t-elle, évoquant de possibles licenciements d’animateurs et les soucis d’organisation des familles.

>> A lire aussi : Bac plus «musclé», classes de 12 élèves... Les annonces du nouveau ministre de l'Education

« Aucun pays européen » ne pratique un calendrier scolaire tel que celui que les écoles françaises s’apprêtent à adopter, avec des journées de 6 heures, une semaine de 4 jours et 144 jours d’école, a dénoncé le Sgen-CFDT. Ce texte « ouvre la boîte de Pandore des demandes contraires à l’enfant et nie l’engagement des personnels », déplore le syndicat, qui redoute « une grande confusion » pour la prochaine rentrée.

La semaine de quatre jours avait été instituée en 2008 sous Nicolas Sarkozy, avec la suppression du samedi matin et le passage à 24 heures de classe hebdomadaires au lieu de 26 précédemment.

Cette organisation était critiquée par les chronobiologistes, et l’ancien ministre de l’Education Vincent Peillon avait décidé de revenir à la semaine de 4,5 jours, généralement avec le mercredi matin.