INFOGRAPHIE. Pénurie d’essence: Découvrez les stations-service touchées près de chez vous

GREVE Ce mercredi après-midi, presque 900 stations étaient en rupture partielle ou totale…

Manon Aublanc

— 

Les automobilistes font la queue dans une station essence d'Issy-les-Moulineaux, le 31 mai 2017.

Les automobilistes font la queue dans une station essence d'Issy-les-Moulineaux, le 31 mai 2017. — BENJAMIN CREMEL / AFP

La grève des conducteurs de matières dangereuses se poursuit, ce mercredi, et les difficultés commencent à se faire sentir dans de nombreuses stations-service. Si vous voulez connaître les stations essence touchées par la pénurie, vous pouvez jeter un œil à la carte mis en ligne par le site mon-essence.fr et actualisée en temps réel.

Il s’agit du sixième jour de grève pour les conducteurs d’Ile-de-France et de la région de Rouen (Seine-Maritime).

Le gouvernement appelle à la « responsabilité », alertant sur la « surconsommation »

En Ile-de-France, les « barrages filtrants », mis en place à l’entrée des dépôts ont été « maintenus » afin « de continuer à mettre la pression sur les organisations patronales », a indiqué Fabrice Michaud de la CGT-Transports. La police a également confirmé des « filtrages » au port de Gennevilliers et à Nanterre, mais « pas de blocage ». Au Grand-Quevilly, près de Rouen, « des tracts sont distribués aux chauffeurs, mais il n’y a pas de blocage », selon Fabrice Michaud. La CGT, qui a lancé la grève vendredi dernier, demande notamment une durée journalière de travail maximale de 10 heures, un suivi médical semestriel spécifique, un taux horaire minimal de 14 euros de l’heure et un treizième mois.

La CGT-transports a demandé mardi soir « aux organisations patronales et au gouvernement de prendre leurs responsabilités pour réunir les conditions d’ouvertures rapides de négociations » et de reconnaître « les technicités du métier de conducteur de matières dangereuses ». Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement, a appelé les Français à la « responsabilité », alertant sur la « surconsommation » lors des périodes de pénurie. Le groupe Total a, lui aussi, prié les automobilistes « de conserver leurs habitudes de consommation de carburant » et « de ne pas développer de surconsommation préventive » pour éviter une pénurie, comme au printemps 2016 lors des grèves contre la loi travail.