Bac plus «musclé», classes de 12 élèves... Les annonces du nouveau ministre de l'Education

SCOLARITE Jean-Michel Blanquer était l'invité de Jean-Jacques Bourdin ce lundi matin...

M-L. S.

— 

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Le nouveau ministre l’a confirmé. Ce lundi matin, au micro de RMC, Jean-Michel Blanquer a confirmé l’une des mesures au programme du nouveau président Macron : moderniser le baccalauréat. « Je suis favorable à un bac musclé », a-t-il ainsi affirmé. « Le bac est très important à mes yeux mais il doit être plus musclé qu’épais », a poursuivi le ministre.

Jean-Michel Blanquer a également confirmé le premier volet de la promesse d’Emmanuel Macron : limiter à douze élèves les classes de CP et de CE1 des écoles des réseaux d’éducation prioritaire (REP) et d’éducation prioritaire renforcée (REP +). Ce sera chose faite à la rentrée 2017 pour les CP de REP +, a précisé  Jean-Michel Blanquer.

Près de 2200 classes

La mesure concernera 2 200 classes. « Nous avons » ces enseignants supplémentaires, soit « légèrement plus » que les 2 200 précités, car il faut ajouter à ce nombre les remplaçants, a indiquéle ministre. Emmanuel Macron avait précisé lors de sa campagne vouloir redéployer les enseignants affectés au dispositif « Plus de maîtres que de classes » (un ou des profs supplémentaires dans une école primaire pour permettre la co-intervention en classe, soit deux maîtres dans une même classe).

>> A lire aussi : Technicien, bardé de diplômes… Qui est Jean-Michel Blanquer, le nouveau ministre de l’Education?

Levée de boucliers

Mais cette première mesure suscite la colère des syndicats et une levée de bouclier de la part des professuers des écoles attachés au dispositif, qui existe depuis 2013. Jean-Michel Blanquer affirme « avoir entendu ces craintes » et veut finalement laisser « le temps d’évaluer ce dispositif. C’est ce qu’on va faire pour en tirer progressivement les conséquences ».

Le ministre précise : « Nous avons des études qui nous montrent que le dédoublement dans les petites classes est quelque chose d’efficace. C’est sur cette base-là que nous allons » réduire les effectifs à 12 élèves en CP et CE1 de REP et REP, « mais nous n’allons pas pour autant abimer l’autre dispositif ». Le « Plus de maîtres que de classes », lorsqu’il a été conçu, visait notamment les classes de CP et de CE1, a-t-il ajouté.

La question des locaux

Quant à la question des locaux, « nous allons en parler avec les maires ». Et lorsque la création d’une 2e salle de classe ne sera pas possible pour cette rentrée, « on aura une année de transition », avec par exemple deux maîtres dans une classe de 24 élèves, a déclaré Jean-Michel Blanquer, qui fait du « pragmatisme » l’épine dorsale de sa politique.