VIDEO. Une ancienne résistante de 93 ans oblige des militants FN à quitter un hommage aux déportés

HOMMAGE « Ils n’ont pas leur place dans une cérémonie sur la déportation, alors qu’ils crient partout que ça n’a pas existé », a expliqué Christiane Cabalé, ancienne déportée de Ravensbruck…

M.C.

— 

L'ancienne résistante Christiane Cabalé à Saint-Nazaire.

L'ancienne résistante Christiane Cabalé à Saint-Nazaire. — Capture d'écran/Twitter

A la vue des militants d’extrême droite, le sang de Christiane Cabalé n’a fait qu’un tour. « Je ne ferai pas de discours mais juste dire que la présence du Front national, ici, est une honte et une insulte à nos amis disparus. Je vous demande de sortir », a déclaré au micro la femme de 93 ans, ancienne déportée de Ravensbrück, lors d’une cérémonie en hommage aux victimes et héros de la déportation, dimanche à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).

Les deux personnes visées ont fini par quitter la salle alors que la déclaration de la résistante était saluée par des applaudissements, comme le rapporte Ouest-France.

« J’ai demandé le micro pour dire deux mots, a expliqué plus tard Christiane Cabalé à franceinfo. Au départ, je voulais remercier tous les amis qui étaient venus et puis d’un seul coup, la colère m’est montée à la tête. Je leur ai demandé de s’en aller. Ils n’ont pas leur place dans une cérémonie sur la déportation, alors qu’ils crient partout que ça n’a pas existé. »

>> A lire aussi : Des résistants évoquent le moment où «Français et Allemands étaient séduits par Pétain ou Hitler»

« Même en fauteuil roulant, j’irai leur demander de s’en aller »

« Par dignité, je n’ai pas voulu lui faire de la peine et nous sommes partis », déclare au site d’information le conseiller municipal FN Gauthier Bouchet, qui assistait à la cérémonie en compagnie d’un autre militant frontiste. Il affirme avoir été confronté « à de l’hostilité, des invectives, des insultes ».

Quelques minutes plus tôt, une scène similaire s’était en effet déroulée à l’extérieur, devant la stèle commémorative. « Je leur ai dit que leur présence était une insulte à la mémoire de tous les déportés, relate auprès du site d’information Guy Texier, du Comité du souvenir de la Résistance en Loire-inférieure. Ils sont les héritiers de la milice de Darnand, qui aidait la Gestapo ».

« Que l’on s’y fasse, je reviendrai », a promis sur Twitter Gauthier Bouchet, candidat aux prochaines législatives. Mais Christiane Cabalé n’a pas dit son dernier mot « Je ne sais pas si je serai là l’année prochaine, confie-t-elle à franceinfo. Mais si je suis là, même en fauteuil roulant, j’irai leur demander de s’en aller. »