Le procureur Francois Molins lors de sa conférence de presse sur l'attentat des Champs-Elysées.
Le procureur Francois Molins lors de sa conférence de presse sur l'attentat des Champs-Elysées. - AFP

Cette page est actualisée en temps réel : cliquez ici pour mettre à jour.

L'ESSENTIEL

  • Le suspect abattu a été identifié comme Karim Cheurfi, un Français de 39 ans.
  • Il a passé 14 ans en prison pour quatre condamnations, dont une pour tentative d'assassinat sur un policier en 2001.
  • Il n'était pas fiche S et il n'y avait pas de signe de radicalisation.
  • Il n'y a pas de lien entre l'attaque et l'homme signalé par les services belges.

 

A LIRE AUSSI

>> A lire aussi : Ce que l'on sait de l'opération en cours

>> A lire aussi : Les intox de la soirée

>> A lire aussi : L'identité de l'assaillant connue... L'attaque revendiquée par Daesh...

RESUME EN VIDEO

 


0h00: Ce live est terminé

Bonne nuit à tous, on se retrouve samedi matin. Le débat qui monte, c'est de savoir pourquoi Karim Cheurfi avait été laissé en liberté après avoir violé les conditions de son sursis avec mise à l'épreuve en se rendant en Algérie en janvier. Le 7 avril, le juge d'application des peines lui lancé un avertissement mais n'a pas révoqué son sursis.


23h00 : Daesh revendique une fusillade en Russie qui a fait deux morts

L’organisation terroriste a revendiqué l’attaque ayant fait deux morts vendredi dans les locaux des services secrets russes FSB à Khabarovsk, selon le centre américain de surveillance des sites djihadistes SITE.

Les services secrets russes ont rapporté de leur côté qu’un assaillant avait pénétré dans les locaux du FSB à 17H02 locales avant de tuer un agent de cette organisation et un visiteur et d’en blesser un autre. « L’assaillant a été éliminé », ont-ils précisé dans un communiqué. « L’identité du criminel a été établie : il s’agit d’un habitant de la région de Khabarovsk, né en 1999. Des informations font état de son appartenance à un groupe néo-nazi », a indiqué le FSB dans un communiqué distinct, cité par les agences russes.


21h40 : L’attaque va « probablement aider Marine Le Pen », selon Donald Trump

Le président américain s’exprime à nouveau sur l’attaque. Après avoir indiqué que l’attentat aurait sans doute un impact sur la présidentielle, il a précisé sa pensée ce vendredi dans une interview à AP. Selon Donald Trump, l’attaque va « probablement aider » Marine Le Pen, qui est « la plus ferme sur les frontières et sur ce qu’il se passe en France ». Le président américain a toutefois précisé qu’il s’agissait d’une observation et qu’il ne soutenait pas officiellement la candidate du Front national.


21h00: Présente sur les Champs, l'actrice Juliana Margulies refuse de «baisser les bras»

L'héroïne de la série The Good Wife, Julianna Margulies, présente sur les Champs-Elysées près du lieu de l'attaque, refuse de «baisser les bras» car «sinon ce sont les terroristes qui gagnent».

«J'y étais, juste derrière les tirs, dans une voiture quand soudain tout a été bouclé et nous avons simplement attendu», a raconté à l'AFP la comédienne de passage à Paris pour le festival Séries Mania. «Ainsi va le monde de nos jours et nous ne devons pas baisser les bras, sinon ce sont les terroristes qui gagnent», a-t-elle poursuivi. «Les groupes terroristes ne mesurent pas notre capacité de résilience», ajoute la comédienne de 50 ans. «J'adore Paris, il n'y a pas de ville pareille à Paris. C'est merveilleux de me retrouver ici en avril. Et je veux continuer à vivre ma vie», insiste-t-elle.


20h40: Un an ferme pour avoir menacé des policiers de les «fumer comme à Paris»

Un homme de 22 ans a été condamné vendredi à Grasse (Alpes-Maritimes) à un an de prison ferme pour avoir lancé à des policiers qui le contrôlaient que s'il avait eu une Kalachnikov, il les aurait «fumés comme à Paris».

Jugé en comparution immédiate, l'homme a été placé sous mandat de dépôt à l'issue du jugement, a précisé une source judiciaire, confirmant une information de Nice-Matin.

Vendredi, à 01H00 du matin, ce commis de cuisine avait été contrôlé, en état d'ivresse, par des policiers. Il les a insultés avant de les menacer en référence à l'attentat dans lequel un policier a été tué sur les Champs-Élysées à Paris, quelques heures plus tôt.

L'homme avait déjà été condamné par le passé pour des faits d'usage de stupéfiants et de refus d'obtempérer.


19h55 : Cinq personnes interpellées en Belgique (sans lien avec Paris)

Cinq personnes ont été placées en garde à vue à l’issue de perquisitions effectuées dans la nuit de jeudi à vendredi en région bruxelloise dans le cadre d’un « dossier de terrorisme ». Ce dossier est « totalement distinct des dossiers concernant les attentats de Paris du 13 novembre 2015, de Bruxelles/Zaventem du 22 mars 2016 ou de l’attentat du 20 avril dernier à Paris » sur les Champs-Elysées, a souligné le parquet fédéral, qui se refuse à donner d’autres précisions « dans l’intérêt de l’enquête ».


19h40: Les drapeaux en berne dans les commissariats

C'est le ministre de l'Intérieur qui l'a annoncé.

 


19h10: «Pas de lien» entre l'homme signalé par la Belgique et l'attaque à Paris

Le parquet fédéral belge a «exclu» vendredi l'existence d'un lien entre l'homme qu'il avait signalé jeudi à ses homologues français et l'attentat sur les Champs-Elysées, alors que la revendication de l'attaque semblait établir un lien avec la Belgique.

L'homme signalé aux autorités françaises, domicilié à Anvers, était recherché par la justice belge «dans une affaires de stupéfiants», a expliqué à l'AFP un porte-parole du parquet fédéral belge.  «Son domicile a été perquisitionné mais l'homme n'était pas là. Sur son ordinateur, les enquêteurs ont découvert qu'il avait fait des recherches pour un déplacement à Paris en Thalys», a-t-il précisé.

Dès lors, les services belges ont «fait savoir aux collègues français que cet homme nous intéressait dans le cadre de cette affaire de stupéfiants et nous leur avons demandé d'effectuer des vérifications sur le Thalys», a poursuivi le porte-parole du parquet fédéral.

Mais l'individu s'est présenté dans un commissariat belge, après avoir vu son identité circuler jeudi soir sur les réseaux sociaux en lien avec l'attaque à Paris, au cours de laquelle un policier a été tué.


18h34 : Sa détention dure 14 ans… pas de signe de radicalisation

Il sort de détention après l'exécution de l'ensemble de ses peines le 14 octobre 2015. Et faisait l’objet d’un suivi par un juge d’application des peines du tribunal de Meaux. Le parquet de Meaux avait saisi le juge d’application des peines chargé de son suivi car l’intéressé était parti en Algérie, où il indiquait qu'il devait se marier. A son retour, il s’est présenté au juge le 7 avril 2017, qui lui a rappelé ses obligations sans procéder à la révocation de son sursis. 

Il n’était pas fiché S et n’avait pas présenté pendant 14 ans de signe de radicalisation ou de prosélytisme. Les investigations vont s’attacher à déterminer les conditions dans lesquelles il s’est procuré les armes et les éventuelles complicités.


18h27 : Quatre condamnations de l’assaillant

Concernant le casier judiciaire : il avait été condamné à quatre reprises :

- 15 février 2005 : 15 ans de réclusion criminelle pour tentative de meurtre sur personne dépositaire de l’autorité publique pour des faits du 6 et 8 avril 2001.

- 17 mars 2008 : 3 mois de prison pour violences sans incapacité sur un membre de l’administration pénitentiaire le 20 mai 2007 (tribunal de Versailles)

- 4 novembre 2009 : 18 mois de prison pour des faits de violence aggravée sur un codétenu pour des faits du 16 août 2008 (tribunal de Versailles)

- 9 juillet 2014 : 4 ans de prison, dont deux avec sursis pour vol avec effraction en récidive, recel de vol, refus d’obtempérer et usurpation de plaque (Tribunal de Meaux)


18h24: Connu des services de police et de justice

Il était connu des services de police et de justice. 

En janvier 2017, le parquet antiterroriste de Paris a été destinataire d'éléments indiquant que l'individu cherchait à se procurer des armes et des propos laissant entendre qu'il voulait tuer des policiers. Le 13 janvier 2017 le parquet de Meaux ouvre une enquête préliminaire. Une enquête confiée à la PJ de Meaux.

Son domicile est alors perquisitionné. Il s'était fait livré des couteaux de chasse, une Go-Pro, un masque, un serflex. Les élements n'étaient pas suffisant pour caractériser les menaces de crime. La garde à vue avait donc été levée. L'exploitation du téléphone et des ordinateurs restait vaine. Aucune trace de propagande djihadiste et aucun signe d'adhésion radicale signalé. Son parcours justifiait tout de même l'ouverture d'une enquête le 9 mars 2017. 


18h18: Identité de l'assaillant

Karim Cheurfi, l'assaillant abattu par les policiers a été très rapidement identifié grâce à ses empreintes et ses papiers. On a retrouvé deux impacts de balle à l'avant et quatre à l'arrière. 


18h26: Molins donne des détails sur l'assaillant

Le procureur poursuit: «Un morceau de papier probablement tombé de la poche du tueur a été découvert près du corps de l'assaillant soutenant la cause de Daesh.» Avec également plusieurs adresses de police. Dans le sac découvert dans le coffre de sa voiture, il a été retrouvé «un fusil à pompe, des munitions, des couteaux de cuisine, un sécateur et un Coran. A son domicile en Seine-et-Marne, un canon scié et un téléphone ont été trouvés. Trois proches qui se trouvaient dans l'appartement au moment de la perquisition sont toujours en garde à vue. 


18h03: Début de la conférence de presse de Molins

François Molins, procureur de la République de Paris a donné quelques détails sur l’attentat des Champs-Elysées jeudi vient de débuter la conférence de presse: «Sur l'avenue des Champs-Elysées un policier a payé de sa vie. Ce dernier événement dramatique signe l'unité dont nous devons faire preuve. J'aurais une pensée émue pour un fonctionnaire de police mort dans l'exercice de ses fonctions. 

Le déroulement des faits a été précisé par le procureur: L'assaillant est arrivé «A bord d'un véhicule Audi il s'est garé à l'angle de la rue de Berri et de l'avenue des Champs». Il a fait feu sur un car de police atteignant de deux balles à la tête d'un fonctionnaire de police installé au volant. Il a ensuite tiré à plusieurs reprises sur les policiers en faction de l'autre côté du car. Un fonctionnaire de police a été grièvement blessé et un troisième légèrement blessé. Une passante a été légèrement blessée au pied.»


17h29: Passe d'armes entre Bernard Cazeneuve et Les Républicains

Bruno Retailleau, coordinateur de campagne de François Fillon, a appelé vendredi le Premier ministre Bernard Cazeneuve «à garder son sang-froid» après que celui-ci a accusé le candidat de la droite d'avoir choisi «l'outrance et la division» après l'attentat aux Champs-Elysées.

«J'invite le Premier ministre Bernard Cazeneuve à garder son sang froid, à ne pas se laisser aller et à ne pas voler au secours du candidat Macron», a écrit Bruno Retailleau dans un communiqué. «Ce n'est pas son rôle. Les Français attendent du Premier ministre en ces moments difficiles qu'il soit à 100% à sa tâche de protection des Français et surtout qu'il se garde des polémiques qui n'ont pas lieu d'être alors que la France est frappée par le terrorisme islamiste», a ajouté le patron des sénateurs LR.


17h24 : « Ils veulent nous jeter dans les bras de la haine et de la guerre civile », prévient Benoît Hamon

Benoît Hamon « ne veut rien céder au terrorisme. La France ne laissera pas quelques meurtriers la [liberté] confisquer et la prendre en otage. Ils veulent nous jeter dans les bras de la haine et de la guerre civile. Ils n’aiment pas que des musulmans, des juifs, des athées, des chrétiens puissent vivre en paix », a souligné Benoît Hamon en direct de Carmaux, place Jean-Jaurès. Qui refuse que l’élection soit confisquée par le terrorisme. A la différence de François Fillon ou Marine Le Pen, le candidat socialiste n’a pas détaillé ses mesures pour la sécurité.

 


17h14: Une «personnalité particulièrement isolée» mais pas radicalisé, voilà comment l'ex avocat de l'assaillant décrit ce dernier à BFMTV

L'ex-avocat du suspect abattu a décrit son ancien client à BFMTV comme une «personnalité particulièrement isolée». «Je n'ai pas senti quelqu'un qui pouvait se radicaliser», a-t-il confié à la chaîne d'information en continu tout en déplorant que son ex-client n'ait pas bénéficié d'un «réel suivi psychiatrique».


16h43: Les candidats à la présidentielle ont-ils vraiment arrêté leur campagne? 

Pourquoi se priver d'une dernière journée pour convaincre avant le scrutin de dimanche? Qui a réellement arrêté de faire campagne ce vendredi? 20 Minutes fait le point sur les raisons et intox. 


16h31: Comment les candidats et les journalistes sur le plateau de France 2 ont réagi à l'annonce de l'attaque? 

Tension et silence pesant sur le plateau... Léa Salamé raconte comment présentateurs et candidats pendant leur grand oral ont accueilli la nouvelle de l'attaque sur les Champs-Elysées. Retrouvez l'article par ici. 


16h13: Un hommage organisé à Nice ce vendredi à 18h

Chritian Estrosi, maire LR de Nice, a invité les Niçois à participer ce vendredi à 18h à un hommage au policier décédé. 

 


16h08: Emotion et inquiétude ce matin sur les Champs-Elysées

Ce matin, certains passants et riverains ont déposé quelques fleurs sur les Champs. Et partagé leur tristesse. « C’est choquant. Ils ont une fois de plus frappé un symbole de la France, de la République et de notre vivre-ensemble. Après, ça ne va rien changé à mon quotidien », assure Amin, 30 ans, qui travaille également tout près de l’endroit où a eu lieu le drame. Pour retrouver le reportage entier, c'est pas là


15h56: Selon France Info, Anne Hidalgo, la maire de Paris, prévoit un hommage et une «action symbolique» la semaine prochaine

Un hommage devrait être rendu la semaine prochaine au policier décédé jeudi dans l'attentat a annoncé Anne Hidalgo auprès de nos confrères de France Info. La maire de Paris souhaite organiser également  une «action symbolique» sur les Champs Elysées, sans préciser de quoi il s'agit. 

 


15h50 : Jean-Luc Mélenchon appelle à l'« unité » et veut « éviter les polémiques grossières et vulgaires »

Jean-Luc Mélenchon a appelé vendredi ses concurrents à la présidentielle à respecter leur « devoir de sang-froid », à « éviter les polémiques grossières et vulgaires » et à ne pas critiquer la gestion des événements par le gouvernement actuel, dans une allocution, retranmise sur facebook.

« Notre premier devoir est un devoir de sang-froid, de ne pas céder à la panique, de ne pas se laisser emporter par les émotions, de ne pas se vouer à la haine, la vengeance, les rancunes », a déclaré le candidat de La France insoumise.

« Les services de sécurité du pays, quels que soient ceux qui sont appelés politiquement à présider à (leurs) destinées font pour le mieux », a poursuivi M. Mélenchon, les jugeant « efficaces » et rappelant qu'« ils payent leur propre tribut dans la lutte dans laquelle ils sont engagés ».

« Dans ces conditions, je souhaiterais et j’espère que cessent les polémiques, notamment celles qui sont faites contre les responsables actuels du pays », a-t-il dit, appelant à « donner à voir » l’unité du pays et « le fait qu’en aucun cas quels que soient les moyens qui sont employés contre nous, nous ne cédons jamais ».


15h43: Flou et polémique pour François Fillon, qui parle d'autres violences dans Paris

Le candidat des Républicains a réitéré ce vendredi les propos qui ont provoqué un tollé sur la Toile pendant l'émission politique de France 2 la veille. Le candidat LR avait évoqué sur le plateau de France 2 d'«autres attaques» dans Paris, en plus de celle des Champs-Elysées, retour sur cette polémique par ici. 


15h22: Quel impact de cet attentat sur le tourisme à Paris?

Une fusillade sur «la plus belle avenue du monde», une raison d'annuler ses vacances à Paris? Les professionnels du tourisme se montraient relativement inquiets vendredi des conséquences de l'attentat des Champs-Elysées sur le tourisme à Paris et en France. 

La fréquentation touristique à Paris montrait des signes de reprise depuis quatre mois mais «l'équilibre est fragile», rappelle Roland Héguy, président de l'Umih, principale organisation du secteur. «L'attaque d'hier a eu lieu sur un des endroits les plus symboliques et touristiques de France», a-t-il ajouté.

«Il est trop tôt pour envisager concrètement les conséquences économiques de cette attaque», explique à l'AFP Christophe Laure, président de la branche prestige de l'organisation professionnelle. «Ce qui est certain, c'est que nous n'avons pas enregistré d'annulations aujourd'hui (vendredi, ndlr), contrairement à l'après 13 novembre, qui a connu une vague immédiate d'annulations de réservations», ajoute-t-il.


15h13: Le procureur de la République de Paris tiendra une conférence de presse à 17h45 

Le procureur de la République à Paris, François Molins, tiendra une conférence de presse vendredi à 17h45 au Palais de justice, au lendemain de l'attaque sur les Champs-Élysées qui a coûté la vie à un policier, a annoncé le parquet.

L'assaillant, âgé de 39 ans, déjà condamné pour avoir tenté de tuer des policiers en 2001, n'était pas connu comme islamiste radicalisé. Deux autres policiers ont été blessés dans cet attentat perpétré à trois jours du premier tour de l'élection présidentielle et revendiqué par Daesh.


15h07: Ce n'est pas la première fois qu'une élection présidentielle est bouleversée par des événements médiatiques

L'attentat sur les Champs-Elysées a clairement marqué cette fin de campagne. 20 Minutes propose une retrospective de ces événements qui ont bouleversé les élections présidentielles depuis 1988...


14h50: Que se passerait-il s’il l’un des onze candidat était blessé ou tué avant le scrutin ?

Jamais un scrutin n'aura eu lieu sous une menace terroriste si présente. Pour autant, le vote de dimanche n'a pas été reporté après l'attentat de jeudi soir. En effet, la Constitution indique que seul un décès ou un empêchement d'un candidat peut reporter l'élection. Que se passerait-il dans ce cas?  20 Minutes fait le point.

 

Retrouvez en vidéo les mesures prises après l'attentat 

 


14h39: Un hommage au policier tué de la part de magistrats

Après l'attentat qui a coûté la vie à un policier sur les Champs-Elysées à Paris, la cour d'assises spéciale jugeant la filière djihadiste de Cannes-Torcy a imposé vendredi une minute de silence, entre autres hommages de magistrats.

Dès le début de l'audience, l'avocat du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), partie civile au procès au côté de victimes juives d'un attentat à la grenade en 2012, a formulé la demande d'un hommage.

«Hier, un policier a été tué sur les Champs-Elysées, je suggère que nous fassions tous une minute de silence», a commencé Me Pascal Markowicz, vite interrompu par un brouhaha de mécontentement venant des rangs de la défense.

«Instrumentalisation!» a lancé un avocat. «Absolument pas, nous ferions hommage à notre robe», s'est défendu Me Markowicz, proposant de «précéder» l'hommage national annoncé par le président François Hollande.

L'avocat général Philippe Courroye ne s'est «pas opposé» à cette démarche, décriée par la défense.

De son côté, la Cour de cassation a posté une vidéo de l'hommage rendu aux victimes de l'attentat.

 


14h25: François Asselineau exprime aussi son émotion... et de vives critiques

Dans un communiqué,  François Asselineau «exprime toute sa compassion et toutes ses condoléances aux familles et aux proches du policier décédé et de ses collègues blessés.»

Mais le candidat à l'élection présidentielle attaque frontalement les politiques qui ont été aux commandes du pays ces dernières années. «En soulignant que le criminel présumé était connu des services de police et qu’il avait déjà été condamné en 2005 à 15 ans de réclusion criminelle pour tentative d’homicide volontaire sur des policiers, François Asselineau dénonce l’écrasante responsabilité des dirigeants des dix dernières années – dont MM. Fillon, Macron et Hamon sont les représentants – dans la dégradation de la sécurité en France, dans un laxisme judiciaire scandaleux et dans la montée du terrorisme.»


14h09: Jacques Cheminade exprime son soutien dans un communiqué

Dans un communiqué, le candidat à l'élection présidentielle Jacques Cheminade a souligné: «Nous sommes de cœur avec les familles de ceux qui ont donné leur vie pour notre pays et pour nous tous et avec tous ceux qui vouent leur temps et leur énergie à nous défendre. C’est un moment de solidarité entre Français qui doit nous inspirer la défense de notre souveraineté nationale à l’image de ces héros. Je m’engage à constamment leur assurer de meilleures conditions pour l’exercice d’un métier auquel ils ont dédié leur vie.»

La grandeur de la France se mesure à la fidélité de tous les Français envers ceux qui la servent au premier rang du péril.


14h00: Retrouvez notre reportage sur les Champs-Elysées au lendemain de l'attentat

«Nous n'avons pas peur», affirme le syndicat Alternative Police CFDT qui rendait hommage ce vendredi matin sur les Champs-Elysées au collègue décédé. Retrouvez notre reportage par ici

Retrouvez en vidéo la mobilisation des syndicats de policiers

 


13h52 Les organisations musulmanes condamnent l'attaque et soutiennent la police

Le Conseil français du culte musulman (CFCM), instance représentative de la deuxième religion de France, a dénoncé dans un communiqué «avec la plus grande vigueur cette nouvelle attaque lâche et barbare qui a délibérément ciblé les forces de l'ordre, qui sont fortement exposées».

Symbole de la religion musulmane dans la capitale depuis près d'un siècle, la grande mosquée de Paris a elle souligné que «les actes criminels de ce type de déséquilibré fanatique» ne sont «en aucun cas» conformes aux «valeurs morales de l'islam».

Les forces de l'ordre «donnent leur vie pour nous protéger», a ajouté son recteur, Dalil Boubakeur, indiquant élever «une prière à Dieu pour la paix et la sécurité» du pays en ce vendredi de grande prière.

Pour l'Union des organisations islamiques de France (UOIF, issue des Frères musulmans), devenue le mouvement «Musulmans de France», «en visant des policiers, l'un des symboles de notre République, ce sont tous les Français qui sont touchés».

L'institution égyptienne Al-Azhar, l'une des plus prestigieuses autorités de l'islam sunnite, a elle aussi condamné «avec force cette attaque terroriste immorale».


13h35 Faut-il vraiment recruter plus de policiers ? 

Alors que l'attentat des Champs-Elysées relance le débat (et la surrenchère) entre les candidats sur le renforcement des effectifs dans la police, 20 Minutes fait le point sur ce sujet sensible.


13h30 Macron dénonce la «faute» de Fillon qui a «affaibli» le renseignement

Suspendue la campagne ? En théorie seulement. Après l'arsenal juridique et diplomatique contre l'islam radical annoncé en fin de matinée par François Fillon, Emmanuel Macron a riposté ce vendredi matin en annonçant une «consolidation» du renseignement territorial: «une partie du combat que nous devons mener se joue dans le repérage et le traitement des personnes qui dans nos villes, dans nos quartiers, dans nos prisons, se radicalisent", a déclaré le candidat d'En Marche!, dans une courte allocution filmée. «A ce titre l'affaiblissement du renseignement territorial conduit il y a maintenant 10 ans a été une faute», a-t-il estimé, épinglant sans le nommer le candidat de la droite François Fillon, Premier ministre entre 2007 et 2012.

 


13h20 Qui était Xavier J., le policier tué dans l'attentat sur les Champs-Elysées?

20 Minutes dresse le portrait du jeune homme de 37 ans qui était affecté à la Direction de l’ordre public et de la circulation de la préfecture de police de Paris. 

 


13h04: Fiché S ou pas? 20 Minutes fait le point

L'assaillant ne faisait pas l'objet d'une fiche S, mais il était inscrit au FSPRT, à savoir le Fichier des signalements pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste, indique une source policière à 20 Minutes. Ce fichier, créé en mars 2015, contient les noms d'environ 15.000 personnes. Il y avait été inscrit à la suite d'une garde à vue début 2017, durant laquelle il avait indiqué vouloir s'en prendre à des policiers. 


13h03: Trump assure que l'attentat de Paris «aura un gros effet sur l'élection présidentielle» française

L'attentat de Paris «aura un gros effet sur l'élection présidentielle» française, a estimé le président américain Donald Trump dans un tweet.

«Une autre attaque terroriste à Paris. Le peuple français n'acceptera pas cela encore beaucoup. Cela aura un gros effet sur l'élection présidentielle», a écrit le président américain, après l'attentat sur les Champs-Elysées à Paris qui a coûté la vie jeudi soir à un policier. 


12h56: Cazeneuve critique les réactions de Fillon et Le Pen, «le choix de l'outrance et de la division»

Bernard Cazeneuve vient de s’exprimer à nouveau sur l'attentat de jeudi et a critiqué les réactions de Marine Le Pen et François Fillon. Le Premier Ministre accuse les deux candidats d'avoir fait «le choix de l'outrance et de la division». 

Marine Le Pen «cherche comme après chaque drame à en profiter pour instrumentaliser et diviser, elle cherche à exploiter sans vergogne la peur et l'émotion à des fins exclusivement politiciennes. Rien, aucun renseignement ne permet de faire le lien entre l’immigration et ce qui s’est passé hier soir. Madame Le Pen essaie d’en faire une opportunité.»

«Quant à François Fillon, il préconise de créer 10.000 postes de forces de sécurité. Comment le croire alors que François Fillon quand il était ministre en a supprimé 13.000. J’appelle à la responsabilité. A porter hauts les valeurs de la République. J’appelle à respecter à chaque instant l’exigence de vérité. Notre meilleure réponse, c’est de faire bloc, de rester unis.»

 


12h48:Un mot manuscrit défendant «Daesh» retrouvé près du tueur et un Coran retrouvé dans sa voiture

 Un papier portant un message manuscrit prenant la défense de «Daesh», l'organisation djihadiste Etat islamique (EI), a été retrouvé près du corps de l'assaillant qui a tué un policier jeudi soir sur les Champs-Elysées avant d'être abattu, a appris l'AFP vendredi de source proche de l'enquête.

Un Coran a également été retrouvé dans le véhicule où se trouvait l'assaillant, un Français de 39 ans, lorsqu'il a pris pour cible les policiers, ont indiqué des sources proches de l'enquête. Comme l'a révélé BFMTV, un papier avec les adresses du commissariat de Lagny (Seine-et-Marne), de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et des adresses d'armureries a aussi été découvert dans la voiture, a indiqué l'une des sources.


12h41: «L'action diplomatique que j'entends mener aura pour objectif votre sécurité», souligne  Emmanuel Macron

Emmanuel Macron depuis son QG s'est à son tour exprimé pour rassurer les Franais: «L'action diplomatique que j'entends mener aura pour objectif votre sécurité. J'ai décidé d'annuler deux rassemblements publics par décence pour ne pas mobiliser les policiers. Mes premières pensées vont évidemment aux prooches du poliicier tué.»


12h16 : Selon BFMTV, les adresses de la DGSI, du commissariat de Lagny et de 3 armureries retrouvées dans la voiture du tireur

Des notes manuscrites auraient été retrouvées dans la voiture de l’assaillant avec ces adresses selon la chaîne d’info en continu.

Autre information de taille, toujours selon BFMTV, son sac de sport retrouvé dans la voiture contiendrait un fusil de chasse, des munitions, deux couteaux de cuisine, un sécateur et un Coran.

 


12h08: Des syndicalistes policiers ont déposé des fleurs en hommage à leur collègue

Selon notre reporter, un syndicaliste de Alternative Police a expliqué pourquoi ils sont venus ce vendredi matin déposer quelques fleurs. 

 


12h02: Juliette Méadel publie le numéro de la cellule d'urgence médico-psychologique

La secrétaire d'Etat chargé de l'Aide aux victime a rappelé sur Twitter le numéro d'urgence de la cellule d'urgence médico-psychologique pour les témoins et familles de victimes de l'attentat sur les Champs-Elysées: 01 44 49 24 30. 

 


11h52: On en sait un peu plus sur le suspect, qui «a passé une bonne partie de sa vie en prison»

L'assaillant est un Français de 39 ans, qui faisait l'objet d'une enquête antiterroriste.Il semble avoir agi seul mais l'enquête devra déterminer s'il a bénéficié de complicités, selon le procureur de la République de Paris, François Molins.

Il avait manifesté son intention de tuer des policiers et avait été arrêté le 23 février dernier, puis relâché le lendemain, la justice estimant ne pas disposer d'assez d'éléments, selon des sources proches de l'enquête.

Et l'homme avait passé beaucoup de temps en prison. Il avait déjà été condamné en 2005 à quinze ans de réclusion pour tentatives d'homicide volontaire notamment sur un policier en Seine-et-Marne.

Salim, un ami de la famille, le décrit auprès de l'AFP comme un type qui «a un grain» et «a passé une bonne partie de sa vie en prison». Pour un voisin, qui dit le connaître depuis une vingtaine d'années, «ses actes, ses réactions, sa façon de marcher, son attitude étaient en décalage, comme s'il venait de Mars».

Selon une source proche de l'enquête, il ne présentait pas de signes de radicalisation en détention.


11h45: Que proposent les candidats en matière de lutte contre la radicalisation?

Alors que cette dernière ligne droite de la campagne se fait sous haute protection et dans un climat de lutte contre le terrorisme, 20 Minutes fait le tour des suggestions des onze candidats pour lutter contre la radicalisation. 


11h43: Que proposent les candidats pour les prisons et les détenus?

Alors que François FIllon vient de rappeler son programme sur la sécurité et les prisons (notamment augmenter le nombre de places en prison), retour sur les différentes propositions des candidats à l'élection présidentielle par ici...


11h41: François Hollande à la Préfecture de police de Paris

François Hollande s'est rendu vendredi vers 11H15 à la Préfecture de police de Paris, au lendemain de l'attentat jihadiste qui a coûté la vie à un policier sur les Champs-Elysées, a-t-on appris auprès de la présidence.

«Il s'agit de rencontrer les policiers et les forces de sécurité qui ont fait preuve d'un courage exemplaire hier mais qui ont perdu l'un des leurs», a-t-on précisé de même source.


11h27 : « J’entends combattre d’une main de fer le terrorisme», souligne François Fillon

« J’ai décidé de modifier ma dernière journée de campagne afin de témoigner ma solidarité à l’égard de la victime et de sa famille et marquer ma pleine solidarité avec les forces de sécurité », a souligné François Fillon depuis son QG. Il a salué le « professionnalisme remarquable » des policiers.

« Nous sommes en état d’urgence et il ne sera pas levé avant longtemps. Nous sommes dans une guerre longue. Certains n’ont pas totalement pris la mesure du mal qui nous agresse. Que j’entends combattre d’une main de fer. L’islam radical défie nos valeurs et notre force d’âme. Nous devons lui opposer un mur intellectuel et moral. Ma politique étrangère sera ciblée en priorité sur la destruction de l’Etat islamique. Cela ne sera possible que le jour où toutes les nations agiront vraiment ensemble. »

Comment lutter contre le terrorisme? Le candidat LR rappelle son programme sur la sécurité: durcir la réponse pénale, poursuivre l'Etat d'urgence et le contrôle aux frontières, augmenter le nombre de places de prison, isoler les détenus radicalisés, augmenter le budget de la défense, 10.000 policiers supplémentaires...

 


11h18: Des fleurs déposées sur les Champs là où le policier a été tué

Selon notre reporter, Romain Lescurieux, des passants ont déposé quelques fleurs pour rendre hommage au policier décédé pendant l'attaque sur les Champs-Elysées. 

 


11h07 : Pour contrer la morosité et la peur, certains internautes choisissent de partager des #BellesChoses sur Twitter

On se souvient de l’inondation de chatons mignons et de lolcats sur Twitter juste après l’attentat de Bruxelles. Cettte fois, certains internautes français ont décidé de partager des #BellesChoses, photos de beaux paysages et d’images douces pour éviter la spirale de la terreur.

 


10h43: Selon «Le Parisien», des «éléments de radicalisation», dont un livret salafiste, ont été retrouvés chez la mère du suspect

Selon  Le Parisien, des «éléments de radicalisation», dont un livret salafiste, ont été retrouvés chez la mère du suspect. En effet, une perquisition a été menée à Chelles jeudi soir au domicile de l'assaillant titulaire de la carte grise trouvée dans le véhicule utilisé pour l'attaque.

Toujours selon le quotidien, dans le cadre d'un sursis avec mise à l'épreuve pour un vol aggravé commis après les tentatives d'homicides sur des policiers, le suspect était suivi par un juge d'application des peines. Et Le Parisien avance qu'il ne se soumettait plus à ses obligations auprès du juge et ne se rendait plus aux rendez-vous.


10h41: On fait le point sur l'enquête

Un seul assaillant? Quels liens entre l'homme abattu et un suspect qui s'est rendu au commissariat en Belgique? 20 Minutes fait le point sur ce que l’on sait de l’auteur de l’attaque, de ses motivations et de ses victimes par ici


10h32: «Depuis dix ans sous les gouvernements de droite et de gauche tout a été fait pour que nous perdions la guerre contre le terrorisme», tacle Marine Le Pen

Depuis son QG, Marine Le Pen a prononcé un discours publié sur Périscope et sur Twitter sur la sécurité après l'attentat : «Les policiers sont attaqués parce qu'ils sont le symbole de l'Etat. La France n'est pas visée pour ce qu'elle fait mais pour ce qu'elle est. La guerre qui nous est menée est asymétrique, révolutionnaire, une guerre où il n'y a pas d'arrière. Chacun comprend que nous ne pouvons pas la perdre. Or, depuis dix ans sous les gouvernements de droite et de gauche tout a été fait pour que nous la perdions.» 

«La réponse doit être globale, totale, c'est à dire celle du pays tout entier. J'appelle tous les Français quellle que que soit leur opinion, conviction, origine à l'unité. Dans la compassion et la lucidité, dans le courage de combattre.» 

 


10h29 : Sur les Champs-Elysées, les commerçants et kiosquiers inquiets

Selon notre reporter sur les Champs-Elysées, l’inquiétude sur la baisse du tourisme après ce nouvel attentat se fait sentir.

 


10h24: Le policier tué était membre de Flag, association policiers et gendamrs LGBT

L'association Flag, policiers et gendarmes LGBT a envoyé jeudi soir un communiqué sur Facebook pour partager son émotion. «Bouleversé et ému par le drame qui vient de toucher la Police Nationale et l'association Flag !, le policier tué ce soir étant membre de notre association.»

 


10h18: Hollande, Cazeneuve et Fekl au chevet du policier blessé à l'Hôpital Georges Pompidou 

Selon l'Elysée, François Hollande, Bernard Cazeneuve et le ministre de l'Intérieur Matthias Fekl se sont rendus vendredi peu après 10h au chevet du policier grièvement blessé dans l'attentat des Champs-Elysées, à l'Hôpital européen Georges-Pompidou. 

«Il s'agit de se rendre au chevet du policier blessé et de rencontrer les personnels soignants», a-t-on précisé de même source, alors que le chef de l'Etat avait réuni un peu plus tôt dans la matinée un Conseil de défense au palais présidentiel pour faire le point sur la situation. 

 


10h11: «La démocratie ne peut pas s'arrêter, être empêchée par un acte terroriste», plaide Hamon

Benoît Hamon, candidat du PS à l'élection présidentielle, a jugé vendredi «sordide» la «surenchère» politique autour des attentats, après l'attaque des Champs-Elysées, et déploré plus généralement une campagne présidentielle digne d'une «société du spectacle».

«La démocratie ne peut pas s'arrêter, être empêchée par un acte terroriste, et le débat démocratique ira jusqu'au bout», a réagi Benoît Hamon sur RMC et BFMTV.

«Ce sont les moyens qui doivent être consacrés au renseignement et à la lutte contre l'islamisme radical qui me semblent être les priorités». «Ce sont aussi des effectifs dont nous avons besoin, de mieux mailler le territoire, d'organiser des coopérations entre nos services de renseignement beaucoup plus solides qu'elles ne le sont parfois, et avec le renseignement européen», a prôné Benoît Hamon.


10h06: Retrouvez en vidéo ce que l'on sait du suspect

Dans son communiqué pour revendiquer l'attentat, Daesh n'a pas donné le nom du suspect abattu hier pendant l'attaque. Une erreur de Daesh? Un deuxième attentat était-il prévu? On fait le point en vidéo. 

 


09h55: Sur les Champs-Elysées, certaines boutiques sont restées fermées

Selon notre reporter sur place, certains magasins de «la plus belle avenue du monde» ont gardé porte close ce vendredi au lendemain du drame. 

Et certains passants prennent en photo les impacts de balle encore visibles. 

 


09h51: Dupont-Aignan veut de l'action plus que de la compassion

«Je refuse de faire de la compassion notre seule réponse à la barbarie islamiste : il faut agir pour ne plus subir», a réagi le candidat de Debout La France.  

 


09h49: Doutes sur les liens entre l'attentat à Paris et la Belgique

Selon un porte-parole du parquet fédéral belge, interrogé vendredi par l'AFP, «tout ce que qu'on peut dire, c'est qu'à l'heure actuelle, à 09h15 ce matin, il n'y a pas de lien entre cet événement (la fusillade à Paris, ndlr) et la Belgique», même si «l'enquête se poursuit activement en étroite collaboration avec les enquêteurs français».

Selon une source proche de l'enquête sur l'attentat des Champs-Elysées, l'homme signalé par les Belges, âgé de 35 ans et présenté comme «très dangereux», devait être entendu dans un dossier belge. Lors d'une perquisition, les autorités belges avaient trouvé un billet de Thalys pour la France en date du 20 avril 2017, des armes à feu et des cagoules.


09h37: Quelle sécurité pour le vote de dimanche?

Bernard Cazeneuve vient de le rappeler que, ce dimanche, 50.000 policiers et gendarmes supplémentaires seront mobilisés au côté des militaires de l’opération Sentinelle pour assurer dans toute la France la sécurité du scrutin et des électeurs aux abords des bureaux de vote. Mais avant même l'attentat de jeudi soir, certains maires de la capitale ont décidé de renforcer encore la sécurité des bureaux de vote. Retrouvez notre article par ici. 


09h27: Trois membres de l'entourage de l'assaillant en garde à vue 

Trois proches de l'assaillant qui a tué un policier sur les Champs-Elysées jeudi soir, une attaque revendiquée par Daesh sont interrogés en garde à vue par les services antiterroristes, a appris l'AFP vendredi de source judiciaire.

Ces trois personnes font partie de l'entourage du tueur abattu par les forces de l'ordre, un Français de 39 ans, et se trouvaient aux domiciles perquisitionnés par les enquêteurs durant la nuit de jeudi à vendredi.


09h16: L'homme signalé par les services belges s'est présenté dans un commissariat d'Anvers

L'homme signalé jeudi par les services belges à leurs homologues français et soupçonné d'avoir voulu se rendre en France, touchée jeudi soir par un attentat sur les Champs-Elysées, s'est présenté dans un commissariat d'Anvers, a indiqué le porte-parole du ministère de l'Intérieur, vendredi.

«L'homme faisant l'objet d'un avis de recherche diffusé par les autorités belges s'est présenté dans un commissariat d'Anvers», a déclaré à l'AFP, le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Pierre-Henry Brandet.


09h14: «Il ne faut jamais critiquer nos policiers», déclare Bruno Retailleau soutien de Fillon

«Il ne faut jamais critiquer nos policiers», a déclaré vendredi Bruno Retailleau, coordinateur de la campagne de François Fillon, sur CNews. 

Il a aussi demandé «des explications» au gouvernement sur les raisons de la relâche de l'assaillant, qui avait récemment été arrêté puis remis en liberté faute de preuve, selon les autorités. «Peut-être y avait-il de bonnes raisons (...) mais tout cela est troublant», a-t-il affirmé.


09h08: Benoît Hamon maintient son déplacement dans le Tarn

Malgré l'attentat de jeudi soir, Benoît Hamon a décidé de maintenir la prise de parole à Carmaux (Tarn) qu’il avait programmée vendredi après-midi pour conclure sa campagne, mais annulé un autre déplacement prévu à Evry dans la matinée. Retrouvez notre article par ici. 


08h55:  «Rien ne doit entraver (le) rendez-vous démocratique», martèle Cazeneuve 

Le Premier Ministre a pris la parole à la fin du Conseil de défense devant l'Elysée. «Au cours des prochains jours, plus de 50.000 policiers et gendarmes seront mobilisés afin de garantir la sérénité du déroulement des opérations électorales», a rappelé le chef du gouvernement.

«Rien ne doit entraver ce moment démocratique fondamental pour notre pays», a déclaré le Premier ministre sur le perron de l'Elysée, en appelant «à l'esprit de responsabilité et à la dignité de chacun» et exhortant à ne pas «céder à la division et encore moins à l'outrance», au lendemain de l'attentat qui a tué un policier sur les Champs-Elysées à Paris.

Le Premier Ministre, Bernard Cazeneuve arrive au Conseil de Défense vendredi 21 avril 2017, réuni après l'attentat sur les Champs Elysées.
Le Premier Ministre, Bernard Cazeneuve arrive au Conseil de Défense vendredi 21 avril 2017, réuni après l'attentat sur les Champs Elysées. - AFP

 


8h48: Un avis de recherche visant un homme signalé par la Belgique transmis à la France 

Un avis de recherche visant un homme signalé par les services belges «est parvenu aux services français, hier», a déclaré vendredi, le porte-parole du ministère de l'Intérieur sans confirmer avec certitude un lien avec l'attentat de jeudi soir sur les Champs-Elysées.

L'homme signalé par les Belges «est-il lié de près ou de loin à ce qui s'est passé sur les Champs-Elysées? Je ne peux pas vous le dire et en tout cas, il est trop pour le dire, il y a un certain nombre d'informations à vérifier», a déclaré sur Europe 1, Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l'Intérieur.


8h35: «Le danger est maximum», estime Marine Le Pen

La présidente du Front national (FN) Marine Le Pen a dit vendredi redouter de nouveaux attentats avant le premier tour de l’élection présidentielle, après l’attaque qui a tué un policier jeudi soir sur les Champs-Elysées à Paris. Redoutez-vous de nouveaux attentats ? «Oui», a répondu Mme Le Pen sur RFI. «Je ne vais pas en dire plus, mais en l’occurrence nous savons que l’Etat islamique a envoyé au moins un terroriste pour commettre des attentats, que celui-ci est toujours dans la nature, donc le danger est maximum», a-t-elle ajouté.


8h15: L’agenda des candidats à la présidentielle chamboulé

Marine Le Pen, François Fillon et Emmanuel Macron ont annulé leurs déplacements ce vendredi. La plupart des candidats doivent cependant prendre la parole aujourd’hui, alors que la campagne officielle prend fin ce soir à minuit.

- Marine Le Pen parlera à 10h depuis son siège de campagne.
- Emmanuel Macron parlera à 12h.
- François Fillon s’exprimera « dans la journée ».
- Benoît Hamon parlera à 17h30 à Carmaux (Tarn).

- Philippe Poutou maintient son meeting à Annecy (Haute-Savoie).
- Nathalie Arthaud sera sur BFMTV ce vendredi soir.
- Jean-Luc Mélenchon sera à Paris à un « apéro insoumis » à partir de 19 heures.
- Nicolas Dupont-Aignan se rendra dans l’Essonne.


8h05: Emmanuel Macron dit craindre une « instrumentalisation » de l’attaque des Champs-Elysées

Invité sur RTL à réagir au lendemain de l’attentat des Champs-Elysées, Emmanuel Macron dit refuser la « démagogie ». « Je ne vais pas inventer un programme de lutte contre le terrorisme dans la nuit ». Emmanuel Macron dit craindre une « instrumentalisation » de l’attaque des Champs-Elysées et appelle à un « esprit de responsabilité ».

Au micro de RTL, le candidat d'En Marche! a souligné que «Marine Le Pen n'est pas celle qui pourra protéger nos concitoyens». Emmanuel Macron a également estimé que «mettre tous les fichés S en prison n'a aucun sens».

«La clé, c'est de renforcer le renseignement», a-t-il martelé, rappelant qu'il propose dans son projet «de renforcer les moyens du renseignement territorial» et «de pouvoir mieux consolider et coordonner tout ça».

 

Le leader s’en est également pris à François Fillon qui lui avait reproché jeudi soir de ne pas avoir suspendu sa campagne. « Quand on arrête une campagne, on ne fait pas une conférence de presse (…) il nous a habitués à ça », a ajouté Emmanuel Macron.

 


8h02 : Ouverture du Conseil de Défense à l’Elysée

Le Premier ministre, Bernard Cazeneuve est arrivé à l’Elysée pour le Conseil de défense convoqué par le chef de l’Etat dans la soirée. La réunion vient tout juste de débuter. Outre le chef de l’Etat et le Premier ministre Bernard Cazeneuve, y participent les quatre ministres régaliens (Intérieur, Justice, Défense et Affaires étrangères), ainsi que les patrons des services de sécurité, de renseignement et de l’armée, soit une quinzaine de personnes.


7h45: Trump présente «ses condoléances au peuple français»

Le président américain Donald Trump, a évoqué « une attaque terroriste » et présenté ses « condoléances au peuple de France ».


7h35: L’attentat à la «une» de la presse étrangère

La presse française, mais aussi la presse étrangère ont fait leur « une » sur l’attaque terroriste qui s’est déroulée sur les Champs-Elysées. « Terreur sur les Champs-Elysées », écrit le quotidien britannique The Telegraph. « Tension maximale sur la présidentielle », titre encore le quotidien belge Le Soir.

 


7h30: La circulation a repris normalement sur les Champs-Elysées

Le trafic a repris normalement ce vendredi matin sur les Champs-Elysées, quelques heures après l’attaque.


7h25: Une cellule psychologique mise en place

Anne Hidalgo, la maire PS de Paris, a adressé « un message de solidarité aux commerçants des Champs-Élysées » et a annoncé qu’une cellule psychologique serait mise en place ce vendredi « à leur attention ».

 


7h20: Le domicile du suspect perquisitionné

Une perquisition a eu lieu jeudi soir en Seine-et-Marne au domicile de suspect, un Français de 39 ans. Il s’agit du titulaire de la carte grise du véhicule utilisé pour l’attaque.
Selon Le Parisien, la perquisition au domicile du suspect menée à Chelles s’est terminée aux alentours de deux heures ce matin.


7h15: Les enquêteurs à la recherche d’éventuels complices

Les enquêteurs ont mené une perquisition au domicile de l’assaillant pour trouver la piste d’éventuelles complicités. Des interrogatoires doivent également être menés dans son entourage.


7h10: Fin de campagne présidentielle bouleversée

Deux jours avant le premier tour de la présidentielle, la dernière journée de campagne se retrouve bouleversée par l’attentat djihadiste qui a coûté la vie à un policier jeudi soir à Paris. Plusieurs candidats dont Marine Le Pen, François Fillon et Emmanuel Macron ont annulé leurs déplacements.


7h05: L’attaque rapidement revendiquée par Daesh

Les enquêteurs ont pu identifier l’assaillant. L’attaque a rapidement été revendiquée par Daesh. Revivez le déroulé de la soirée par ici.


7h: Un Conseil de Défense convoqué à 8h

François Hollande a « convoqué » un Conseil de Défense ce vendredi à 8 heures, à l’issue jeudi soir d’une réunion de crise au cours de laquelle le Chef de l’Etat s’est entretenu avec le Premier ministre Bernard Cazeneuve et les ministres de l’Intérieur et de la Justice, Matthias Fekl et Jean-Jacques Urvoas.


Mots-clés :