Double meurtre de Montigny-lès-Metz: Francis Heaulme jugé aux assises plus de 30 ans après les faits

PROCES La justice se penche sur les agissements du tueur en série, à partir de ce mardi à Metz, pour le double meurtre de Cyril Beining et d’Alexandre Beckrich, commis en 1986 à Montigny-lès-Metz…

Vincent Vantighem

— 

Francis Heaulme.

Francis Heaulme. — DAMIEN MEYER / AFP

  • Le tueur en série est jugé plus de trente ans après le double meurtre.
  • Déjà condamné à la perpétuité, il n'a jamais reconnu les faits.
  • Le verdict doit être rendu le jeudi 18 mai. 

A la cour d’assises de Moselle (Metz),

Revenir au point de départ de la « Route du crime ». A cet endroit qui a vu naître Francis Heaulme. Où il a tenté, un soir, de déterrer le corps de sa mère car il ne supportait pas son absence. Le long de cette rivière où il a fait de Lyonelle Gineste, 17 ans, sa première victime avant de partir ensanglanter le Var, le Finistère et le Nord en passant par la Marne.

Revenir donc devant la cour d’assises de Moselle pour savoir si, avant d’entamer cette errance macabre, Francis Heaulme n’a pas tué d’autres personnes dans son fief. A partir de ce mardi et pendant quatre semaines, le tueur en série va être jugé pour le double meurtre de Montigny-lès-Metz. Celui de Cyril Beining et d’Alexandre Beckrich, deux enfants de huit ans découverts le crâne fracassé à coups de pierre sur le talus d’une voie SNCF désaffectée, un dimanche de septembre 1986.

Montage de photos non datées d'Alexandre Beckrich et Cyril Beining
Montage de photos non datées d'Alexandre Beckrich et Cyril Beining - AFP

En 30 ans, les charges se sont accumulées contre lui

C’était il y a plus de trente ans. Le temps nécessaire pour innocenter Patrick Dils, mettre hors de cause Henri Leclaire et faire finalement de Francis Heaulme le suspect numéro un. Trois décennies au cours desquelles le dossier judiciaire a eu le temps de s’épaissir des charges pesant contre lui.

>> Montigny: Pourquoi Francis Heaulme sera finalement seul dans le box des accusés ?

Il y a d’abord le fait que Francis Heaulme travaillait comme manœuvre à 400 mètres de la scène de crime. Puis, le témoignage de deux pêcheurs qui ont raconté l’avoir pris en stop le dimanche tragique alors qu’il avait le « visage en sang ». Et enfin, l’interrogatoire dans lequel il a reconnu, lui-même, avoir croisé deux enfants qui lui jetaient des pierres depuis un talus. Conclusion des enquêteurs ? Cette affaire porte sa « quasi-signature criminelle ».

>> Montigny: Ce « dimanche ensoleillé » où Cyril et Alexandre sont morts...

Un peu trop pour Liliane Glock, son avocate. « La personnalité et la ‘’carrière’’ de Francis Heaulme ont jeté de la poudre aux yeux de beaucoup de monde, déplore-t-elle. Son nom est apparu dans le dossier, pour la première fois, en 1997. Cela fait plus de vingt ans qu’on tente de prouver sa culpabilité. C’est bien que les choses ne sont pas aussi simples… »

Liliane Glock, avocate de Francis Heaulme, à la cour d'assises de Metz (Moselle), le 31 mars 2014.
Liliane Glock, avocate de Francis Heaulme, à la cour d'assises de Metz (Moselle), le 31 mars 2014. - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

« Mon style c’est l’opinel… Et j’étrangle à mains nues »

Elles sont tout aussi compliquées pour les familles des deux victimes, ballottées de procès en procès depuis 1986. « L’acquittement de Patrick Dils nous a laissés dans l’étonnement, confient encore aujourd’hui les parents d’Alexandre Beckrich. Nous ne savons que penser de la mise en cause de Francis Heaulme. Pour l’instant, notre conviction n’est pas faite. »

Celle de Chantal Beining, la mère du petit Cyril, non plus. « Aujourd’hui, on nous parle de Heaulme mais je ne sais plus quoi penser de tout ça. D’autant qu’il n’a jamais avoué… » Il a même toujours nié les faits. A sa manière… « Mon style, c’est l’opinel… Et j’étrangle à mains nues. Montigny, c’est pas moi ! », a-t-il lâché lors du troisième procès de Patrick Dils en 2002.

Tout ce qu’il lui reste ? Les visites de sa sœur en prison

Déjà condamné à la perpétuité pour neuf meurtres, Francis Heaulme n’a pourtant plus grand-chose à perdre dans ce nouveau procès. Si ce n’est, peut-être, le soutien de sa sœur Christine, dernière personne à lui rendre encore visite en prison. « Elle ne supporte pas l’idée qu’on puisse faire du mal aux enfants, explique Jean-François Abgrall, le gendarme qui a arrêté Heaulme, l’a confessé et qui le connaît sans doute le mieux. Quand son frère a été condamné pour le meurtre du petit Joris, 9 ans, elle a cessé de le voir pendant deux ans… »

Liste des victimes pour lesquelles Francis Heaulme a été condamné pour «meurtre».
Liste des victimes pour lesquelles Francis Heaulme a été condamné pour «meurtre». - V. VANTIGHEM

« Partir de ce postulat de départ revient à faire de Francis Heaulme, un présumé coupable, tacle Liliane Glock, son avocate. Mais non, comme tout le monde, il doit être présumé innocent. » Elle dispose de quatre semaines pour le rappeler à la cour d’assises de Moselle. Le verdict doit être rendu le 18 mai. Francis Heaulme encourt une nouvelle peine de prison à perpétuité.

Suivez en direct, dès mardi matin, l’audience sur le compte twitter de notre journaliste :  @vvantighem