La commission de discipline aura lieu au ministère du travail ce jeudi.
La commission de discipline aura lieu au ministère du travail ce jeudi. - Etienne Laurent AFP

Traitée de négresse, une inspectrice du travail va passer elle-même en commission de discipline ce jeudi à Paris pour «  propos racistes ».

Henriette Henry, inspectrice du travail originaire de Guyane, a été mutée à Cayenne en 2010. Un poste qu’elle convoitait de longue date, afin de pouvoir rentrer sur sa terre natale. Une fois là-bas, les rapports avec sa hiérarchie se détériorent très rapidement. Un jour de 2016, elle entend une collègue la traiter de « négresse »

>> A lire aussi : Racisme dans l’accès au logement. Paris fera du testing dans les agences immobilières

« Je passe devant le bureau de cette dame, la porte était ouverte, elle a commencé à rigoler et j’ai entendu quelque chose qui se terminait par négresse », raconte-t-elle à nos collègues de France inter. Là, Henriette Henry craque, après 5 ans de remarques et de propos déplacés. « J’y suis retournée après pour lui dire que ce n’était plus possible. Je lui ai dit devant tout le monde que j’étais ici chez moi, que je n’en pouvais plus », explique-t-elle.

Deux ans de suspension

A cause de cette remarque, Henriette Henry va être jugée pour racisme. De son côté, elle assure qu’elle a des preuves qui confirment la malveillance de certains collègues : des mails, des écrits, des témoins. « Elle a écrit à sa hiérarchie en Guyane, à la hiérarchie ministérielle, elle a déposé plainte, mais tout ça est resté sans suite », selon Me Anthony Thiers.

Henriette Henry a rendez-vous ce jeudi avec la commission de discipline au Ministère du travail à Paris ; elle risque une rétrogradation et jusqu’à deux ans de suspension. L’inspection du travail aurait déjà été mise en cause pour sa mauvaise gestion d’affaires similaires. Et sa collègue ? Le ministère a fait savoir que la collègue d’Henriette Henry ne passera pas en commission de discipline. Mais elle « pourrait » être sanctionnée, même si ses agissements sont jugés « moins graves » car pas tenus en public.

Mots-clés :