Une affiche de la campagne présidentielle de Marine le Pen à Paris.
Une affiche de la campagne présidentielle de Marine le Pen à Paris. - Kamil Zihnioglu/AP/SIPA

Des intellectuels ont publié leur verdict dans Le Monde. Vingt-cinq prix Nobel d’économie ont dénoncé mardi les programmes « antieuropéens » et « protectionnistes » de certains candidats à la présidentielle, dont Marine le Pen, mettant en garde contre une possible « déstabilisation » de la France et de l’Europe.

« Certains d’entre nous ont été cités par des candidats à l’élection présidentielle française, notamment par Marine le Pen et ses équipes, pour justifier un programme politique sur la question de l’Europe », écrivent ces 25 économistes, dont l’américain Robert Solow (prix Nobel en 1987), l’indien Amartya Sen (1998) et le français Jean Tirole (2014).

>> A lire aussi : Le Parlement européen lève l'immunité de Marine Le Pen

Malgré des positions différentes sur le fond, « nos opinions convergent pour condamner cette instrumentalisation de la pensée économique », ajoutent les signataires, qui jugent la construction européenne « capitale » pour maintenir le progrès économique des membres de l’UE. Parmi ces 25 signataires figurent des économistes d’obédience libérale, et d’autres plus critiques vis-à-vis de la mondialisation et de l’euro, à l’image de l’américain Joseph Stiglitz, prix Nobel en 2011, régulièrement cité par la candidate du Front national.

Le pays déstabilisé

« Les évolutions proposées par les programmes antieuropéens déstabiliseraient la France et remettraient en cause la coopération entre pays européens, qui assure aujourd’hui une stabilité économique et politique en Europe », écrivent les 25 signataires dans leur tribune. « Les politiques isolationnistes et protectionnistes et les dévaluations compétitives, toutes menées au détriment des autres pays, sont de dangereux moyens d’essayer de générer de la croissance » et « se révéleront préjudiciables à la France ainsi qu’à ses partenaires commerciaux », ajoutent-ils. Les économistes mettent également en garde contre le retour à une monnaie nationale.

Les 25 prix Nobel prennent par ailleurs fait et cause pour l’immigration. « Quand ils sont bien intégrés au marché du travail, les migrants peuvent être une opportunité économique pour le pays d’accueil », déclarent-ils. Ces derniers ne citent pas dans leur tribune d’autres candidats que Marine Le Pen. Mais plusieurs autres prétendants à l’Elysée ont prévu en cas d’élection un renforcement du protectionnisme et une sortie de l’euro, dont Nicolas Dupont-Aignan, François Asselineau et Jean-Luc Mélenchon, qui l’envisage comme un « plan B ».

Mots-clés :