Journée de mobilisation en France: Grogne des auto-écoles, crise en Guyane et internes en grève

MOUVEMENT SOCIAL Ils expriment leur ras-le-bol à travers des opérations escargot ou des mouvements de grève…

L.Br.

— 

Les auto-écoles protestent contre la mise en place l'inscription en ligne pour accéder à une formation au permis de conduire.

Les auto-écoles protestent contre la mise en place l'inscription en ligne pour accéder à une formation au permis de conduire. — Baleydier/SIPA

Les patrons d’auto-écoles, les internes et les Guyanais sont appelés à se mobiliser ce mardi 20 Minutes fait un point sur leurs revendications.

Les internes contre une « réforme bâclée » de leur cursus

L’appel à la grève des internes a pour objectif de contester la réforme du 5e cycle des études de médecine : l’internat. L’Isni, principal syndicat d’internes en médecine, réclame notamment l’allongement du temps de formation pour certaines spécialités dans le cadre de la réforme du troisième cycle des études médicales, censée s’appliquer en novembre prochain.

Dénonçant « une réforme bâclée », l’Intersyndicat national des internes (Isni) a déposé « un préavis de grève illimité » à compter de ce mardi. Il a été rejoint par le Synmad, syndicat des médecins hépato-gastroentérologues. A priori, pas de conséquence sur la prise en charge des malades. A l’hôpital, internes grévistes et « seniors » se sont « organisés » pour garantir la continuité des soins, a assuré le président de l’Isni Olivier Le Pennetier.

Les patrons d’auto-écoles contre la dématérialisation

Les auto-écoles se mobilisent mardi dans plusieurs villes de France, à l’appel de leurs deux principaux syndicats (CNPA et Unidec), contre la dématérialisation de l’inscription au permis de conduire, symbole d’une « uberisation » en marche de leur profession.

Des opérations escargots sont prévues ce mardi matin à Paris, Lyon, Marseille, Toulouse et Nantes. Pour le président du CNPA-Education routière, Patrice Bessone, cette possibilité d’inscription à distance, « c’est la ligne rouge ».

Le mouvement guyanais se durcit

Après un mois de conflit social en Guyane, le collectif « Pou la Gwiyann dékolé » a décidé hier de poursuivre la mobilisation en refermant les barrages qui avaient été levés pour le week-end, jusqu’à la signature d’un protocole d’accord avec le gouvernement.