Le site d’annonces Vivastreet visé par une enquête préliminaire pour «proxénétisme aggravé»

INFO «20 MINUTES» Elle a été confiée, le 15 février, à l'Office central pour la répression de la traite des êtres humains (OCRTEH)...

Vincent Vantighem

— 

La rubrique «Services Adultes» du site Vivastreet propose des annonces de prostituées.

La rubrique «Services Adultes» du site Vivastreet propose des annonces de prostituées. — O. JUSZCZAK

Les annonces évoquent des « massages », des « moments de relaxation » ou des « rencontres courtoises ». Mais un coup de fil de quelques secondes suffit à lever le doute. « C’est 120 euros la demi-heure, 180 l’heure. Je propose l’amour avec pénétration vaginale. Pas de sodo [sodomie] », indique de but en blanc Katia*, une jeune fille au français hésitant qui « reçoit » dans le 12e arrondissement de Paris.

Selon nos informations, le site de petites annonces Vivastreet fait l’objet d’une enquête préliminaire pour « proxénétisme aggravé » ouverte par le parquet de Paris. Confiée le 15 février à l’Office central pour la répression de la traite des êtres humains (OCRTEH), elle fait suite à une plainte déposée, le 1er décembre 2016, par le mouvement du Nid qui milite pour l’abolition de la prostitution.

>> A lire aussi : 937 clients de prostituées ont été verbalisés depuis avril 2016

Des propositions suggestives en deux clics

« Depuis l’entrée en vigueur de la loi pénalisant les clients de prostituées il y a un an, on s’est aperçu que le phénomène se déplaçait de la rue vers les sites d’annonces tels que Vivastreet, justifie Lorraine Questiaux, déléguée du Nid pour l’Ile-de-France. Ce ne sont pas les mêmes réseaux. Mais le problème est identique. Tout cela est d’une grande hypocrisie. »

Revendiquant 32 millions de visiteurs par mois dont 10 millions rien qu’en France, Vivastreet interdit, dans ses conditions d’utilisation, les annonces proposant noir sur blanc « d’échanger des relations sexuelles contre rémunération ». Mais deux simples clics suffisent à faire défiler, photos suggestives à l’appui, des propositions dont l’ambiguïté ne dupe personne. Le premier pour sélectionner « Services Adultes ». Le second pour la région souhaitée.

>> A lire aussi : Sortir de la prostitution avec «les moyens du bord»

Angélique*, 21 ans, a même indiqué son arrondissement parisien. « C’est un bon système, défend celle qui se prostitue, chez elle, en raison de problèmes financiers survenus il y a deux mois. Dans la rue j’aurais peur. Mais là, mon numéro est sous l’annonce. On me contacte par téléphone, j’indique les tarifs, les prestations et on prend rendez-vous. Je regarde par la fenêtre quand le client arrive. Si ça ne me convient pas, je n’ouvre pas… »

Capture d'écran d'une conversation avec une prostituée présente sur Vivastreet.
Capture d'écran d'une conversation avec une prostituée présente sur Vivastreet. - V.VANTIGHEM

« Vivastreet s’engraisse sur mon activité »

Un « système » qui a un prix. Vivastreet se targue d’être un site d’annonces gratuites. A l’exception de la rubrique « Services Adultes » où le dépôt est, là, facturé 80 euros par mois. « Mais il y a tellement de concurrence entre les filles et donc d’annonces qu’il faut payer des options sinon la photo n’est pas ‘’mise en avant’’ sur le site, témoigne Céline*. Au total, cela me coûte 239 euros par semaine. Vivastreet s’engraisse sur mon activité. Mais sans ça, je serais dans la merde… »

>> Témoignages: «Il m'a suffit de quinze minutes pour me prostituer sur Vivastreet»

Proposant des rendez-vous de 9h à 20h dans un hôtel de Seine-et-Marne depuis quatre ans, cette mère de famille trentenaire refuse d’indiquer combien elle gagne en vendant son corps. Angélique, elle, estime ses revenus à 3.000 euros par semaine par le biais unique du site d’annonces. « Je reçois entre 10 et 20 coups de fil par jour. Mais je ne donne pas suite à toutes les demandes. »

Le fondateur de Vivastreet a domicilié son groupe à Jersey

Avocate de Vivastreet, Anne Alcaraz dément, pourtant, toute volonté délibérée de la part de son client d’encourager la prostitution. « Il y a un système de modération automatique des annonces, un logiciel, explique-t-elle. Si l’annonce correspond à la réglementation, elle passe. Ensuite, Vivastreet dispose d’une équipe spécialisée. Si une annonce est signalée [par un internaute] parce qu’elle contrevient à la réglementation, l’équipe la supprime immédiatement. »

Capture d'écran d'une conversation avec une prostituée présente sur Vivastreet.
Capture d'écran d'une conversation avec une prostituée présente sur Vivastreet. - V.VANTIGHEM

« Massages », « accompagnement », « domination », « castings adultes »… Les « Services Adultes » proposés en ligne dans la plupart des 8.000 annonces recensées par 20 Minutes en ce mois d’avril se contentent donc de suggérer les choses. Un texto les rend immédiatement explicites.

Capture d'écran d'une conversation avec une prostituée présente sur Vivastreet.
Capture d'écran d'une conversation avec une prostituée présente sur Vivastreet. - V.VANTIGHEM

« Le but est bien sûr de faire fermer ce site mais pas seulement, réagit Joachim Bokobza, l’un des avocats du Nid. Pour éviter de donner des idées à d’autres, nous espérons aussi que les responsables de Vivastreet soient amenés à répondre de leurs actes. » Et parmi eux, Yannick Pons, le fondateur du site. Classé parmi les 500 plus grosses fortunes de France en 2013, ce self-made-man a domicilié son groupe dans le paradis fiscal de Jersey et vivrait aux Etats-Unis.

Rien d’incompatible avec une convocation par la justice a priori. De source proche du dossier, on indique en effet que « l’enquête avance bien » et que « les premières auditions pourraient intervenir prochainement ». « Si Yannick Pons était convoqué par la justice, il se rendrait évidemment à cette convocation », assure, à ce propos, Anne Alcaraz.

* Les prénoms ont été changés.