Sète: Une mosquée fermée dans le cadre de l'état d'urgence après une perquisition

TERRORISME C’est le préfet de l’Hérault qui a décidé de fermer ce lieu de culte mercredi…

20 Minutes avec AFP

— 

Sète. La résidence dans laquelle un homme de 49 ans a tiré sur quatre de ses voisins qui, d'après lui, faisaient trop de bruit, dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre 2012.

Sète. La résidence dans laquelle un homme de 49 ans a tiré sur quatre de ses voisins qui, d'après lui, faisaient trop de bruit, dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre 2012. — PASCAL GUYOT / AFP

Sur arrêté préfectoral, la mosquée es-sunna à Sète dans l’Hérault, a été fermée mercredi. Cette fermeture a été décidée après une perquisition qui a eu lieu jeudi dernier. Elle a été rendue possible dans le cadre de l’état d’urgence.

Dans l’établissement, situé rue de la révolution dans le centre de Sète, des tracts contenant des appels à la haine ont été retrouvés.

>> A lire aussi : Pour Estrosi, le gouvernement «laisse s'incruster des fichés S» dans la mosquée En-Nour de Nice

Sur décision du préfet

Dans le cadre de la loi sur l’état d’urgence, le préfet de département a le pouvoir de fermer des lieux de toute nature au sein desquels sont tenus des propos constituant une provocation à la haine ou à la violence ou une provocation à la commission d’actes de terrorisme ou en faisant l’apologie.

La préfecture de l’Hérault n’a pas voulu commenter cette décision en raison de la réserve due à la campagne électorale pour les présidentielles.