Cecile Amar, journaliste et auteur du livre «De la vertu» avec Jean-Luc Mélenchon.
Cecile Amar, journaliste et auteur du livre «De la vertu» avec Jean-Luc Mélenchon. - BALTEL/SIPA

La journaliste de L’Obs, Cécile Amar, qui a écrit le livre De la Vertu avec Jean-Luc Mélenchon, ne pourra plus suivre le candidat de La France Insoumise pour l’hebdomadaire, a-t-on appris auprès de la Société des rédacteurs de L’Obs, confirmant une information de Mediapart.

« Nous regrettons le manque de communication »

Après la parution du livre d’entretien ce mercredi, la journaliste a été convoquée par le directeur de la rédaction Matthieu Croissandeau, qui lui a indiqué qu’elle ne couvrirait plus la campagne de Jean-Luc Mélenchon, qu’elle suivait jusqu’à présent, a expliqué un représentant de la SDR.

>> A lire aussi. Présidentielle: Mais où diable Mélenchon a-t-il appris à être un orateur de génie?

« On a tout de suite interpellé la direction qui a confirmé qu’elle était au courant du projet de livre et avait donné son accord. Nous regrettons le manque de communication avec la direction et nous regrettons que cette décision ait été prise si tôt en aval », déplore ce représentant.

« Une situation déontologique » selon Matthieu Croissandeau

« Il n’y a pas de sanction », a assuré Mathieu Croissandeau à Livres Hebdo ajoutant que la journaliste est « toujours au service politique et couvre les autres candidats de la gauche, sans aucun souci, à l’exception désormais de la campagne de Mélenchon ». « On est face à une situation déontologique », a-t-il poursuivi, « dans le cas de ce livre, avec un candidat à la présidentielle en pleine campagne électorale, ça ne me paraissait pas compatible avec son travail », a-t-il indiqué.

>> A lire aussi : Pour l'ancienne numéro 2 de «L'Obs», son éviction est une «purge politique»

Cette affaire intervient quelques mois après le licenciement d’Aude Lancelin, ex-directrice adjointe de L’Obs (groupe Le Monde), qui s’est dite victime d’une éviction politique pour ses positions trop à gauche. « La SDR reste vigilante. On veillera à ce que les journalistes puissent faire leur travail dans les meilleures conditions possible », indique son représentant.

Mots-clés :