Bernard Cazeneuve s'est exprimé sur les manifestations en Guyane.
Bernard Cazeneuve s'est exprimé sur les manifestations en Guyane. - Patrick KOVARIK / AFP

Bernard Cazeneuve s’est exprimé ce lundi midi sur la situation en Guyane, où a débuté une grève générale. Le ministre a appelé au calme et souhaite envoyer une délégation ministérielle dans les plus brefs délais.

Le Premier ministre a réagi ce midi depuis l’hôtel de Matignon aux démonstrations de ras-le-bol des Guyanais. Il a confirmé qu’une délégation de ministres se rendra sur place « avant la fin de la semaine », « si toutefois les conditions du respect – et j’insiste sur ce point – et de l’ordre républicain sont réunies », a déclaré le Premier ministre.

>> A lire aussi : Qui sont les 500 frères, ces hommes vêtus de noir au cœur des manifestations?

« La lutte contre l’insécurité » reste prioritaire 

François Hollande a également souligné ce lundi que « la première priorité » pour la Guyane était « la lutte contre l’insécurité », s’exprimant devant des journalistes à l’issue d’une rencontre avec la communauté française de Singapour.

>> A lire aussi : Les candidats à la présidentielle instrumentalisent-ils la crise en Guyane?

« La première priorité, c’est la lutte contre l’insécurité, le renforcement des moyens », a déclaré le chef de l’Etat, notant que certains moyens « ont été déployés » et que « d’autres vont arriver », alors qu’une grève générale illimitée a été déclenchée en Guyane.

Grève générale et vols annulés

Bernard Cazeneuve a également confirmé l’intention du gouvernement de signer un « pacte d’avenir » dans « les meilleurs délais », promis par François Hollande au début de son mandat.

>> A lire aussi : «La Guyane vit comme un pays du quart-monde alors que nous sommes Français»

La Guyane est paralysée depuis ce matin alors qu’une grève générale a été votée par 37 collectifs de travailleurs. Les vols Paris-Cayenne ont été annulés par Air France dimanche et aujourd’hui. Les Guyanais exigent d’être « enfin entendus » pour améliorer la prise en charge sanitaire, favoriser le tissu économique, la desserte en courant électrique, pour faire baisser le chômage la déscolarisation qui touche les jeunes et la criminalité.

Ils ont refusé de dialoguer avec la délégation interministérielle composée de hauts fonctionnaires arrivée samedi en Guyane et avaient demandé la venue de Bernard Cazeneuve sur le territoire.

Mots-clés :