Crise en Guyane: Bernard Cazeneuve appelle à «l'apaisement» et au «dialogue»

SOCIAL La Guyane est touchée depuis plusieurs jours par un mouvement de grogne sociale…

20 Minutes avec AFP

— 

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve et la ministre de la Culture Audrey Azoulay au Salon du livre (Paris), le 25 mars 2017.

Le Premier ministre Bernard Cazeneuve et la ministre de la Culture Audrey Azoulay au Salon du livre (Paris), le 25 mars 2017. — AFP

La Guyane vit une véritable crise sociale. « J’appelle à l’apaisement, j’appelle au calme, j’appelle au dialogue parce que rien ne se construit dans le désordre et l’affrontement », a déclaré ce samedi Bernard Cazeneuve au micro de BFM TV en marge d’une visite au Salon du livre, à Paris.

« Nous avons pris des dispositions de manière à ce que le dialogue puisse s’engager en Guyane, que nous puissions prendre des mesures le plus rapidement possible », a souligné le chef du gouvernement, qui a décidé vendredi l’envoi dans ce territoire ultramarin d’une « mission interministérielle de haut niveau » afin de « nouer un dialogue constructif et apaisé ».

« Je suis aussi très attaché à ce qu’en Guyane, comme partout ailleurs sur le territoire national, ce soit le respect et la concertation qui prévalent sur toutes les formes de violences », a encore déclaré Bernard Cazeneuve.

>> A lire aussi : «La Guyane vit comme un pays du Quart-Monde alors que nous sommes Français»

La Guyane paralysée 

Une dizaine de barrages obstruent depuis jeudi une dizaine de ronds points stratégiques du littoral guyanais, bloquant notamment l’entrée de Cayenne. Ce mouvement de protestation regroupe pêle-mêle des salariés d’EDF, des collectifs contre l’insécurité, un collectif dénonçant l’insuffisance de l’offre de soins et les retards structurels en matière de santé ou encore des socioprofessionnels et des transporteurs.

Les manifestations et blocages ont notamment conduit Arianespace à ajourner le lancement de la fusée Ariane 5, vitrine économique du territoire. Le rectorat a décidé de fermer les établissements scolaires jusqu’à nouvel ordre.

Les Etats-Unis ont déconseillé vendredi à leurs ressortissants de se rendre en Guyane en raison de « larges manifestations de part et d’autre » du territoire ultramarin et « le long des routes qui mènent aux pays voisins du Suriname et du Brésil ».