Pédophilie dans l'Eglise: Mediapart dénonce 32 prêtres qui auraient été couverts par des évêques

ENQUETE En tout, ces affaires de pédophilie auraient fait 339 victimes...

L.Br.

— 

Le cardinal Barbarin, achevêque de Lyon, est soupçonné d'avoir couvert des actes pédophiles.

Le cardinal Barbarin, achevêque de Lyon, est soupçonné d'avoir couvert des actes pédophiles. — Laurent Cipriani/AP/SIPA

Mediapart publie ce lundi une enquête sur des affaires de pédophilie qui auraient été couvertes par l’Eglise catholique et souligne le silence de ceux qui étaient au courant. La majorité des cas dont il est question auraient eu lieu depuis l’année 2000, mais quelques affaires seraient antérieures.

Le site Web avance un impressionnant nombre de victimes : 339. Parmi elles, 288 étaient des mineurs de moins de 15 ans lorsqu’ils ont été agressés. Des abus sexuels qui auraient été commis par des prêtres, religieux ou laïcs sous la responsabilité de l’Eglise.

En tout, 32 affaires, parmi lesquelles 24 auraient été couvertes directement par des évêques, pour certains toujours en exercice : Mgr Barbarin, cardinal et archevêque de Lyon, Mgr Bouilleret, archevêque de Besançon, Mgr Aillet, évêque de Bayonne, Mgr Le Saux, évêque du Mans, et Mgr Fellay, supérieur de la fraternité Saint-Pie-X, en voie de réconciliation avec Rome.

Déplacés pour les faire oublier

Mais surtout, l’enquête décrit aussi la mécanique bien huilée de l’Eglise. « Sur les 32 clercs concernés que nous avons recensés, 28 ont été déplacés géographiquement dès que des évêques ou des religieux ont été avisés » des faits, peut-on lire dans l’article. Le fonctionnement est rôdé : dès les premières plaintes, le prêtre concerné prend un congé sabbatique et s’isole. L’Eglise se charge de le muter, afin qu’il puisse continuer sa carrière de prélat dans un autre diocèse, voire à l’étranger.

Des actes de négligence de l’Eglise, qui a demandé pardon pour son « trop long silence coupable » le 7 novembre dernier.