Attaques à Orly et Stains: Les militaires de l’opération Sentinelle, une cible privilégiée depuis deux ans

ATTAQUE Ce samedi, des militaires de Sentinelle ont été agressés à l'aéroport d'Orly. Les membres de cette opération ont déjà été ciblés plusieurs fois depuis son lancement début 2015...

Marie de Fournas

— 

Des militaires en patrouille devant Notre-Dame-de-Paris le 15 août 2016.

Des militaires en patrouille devant Notre-Dame-de-Paris le 15 août 2016. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Ce samedi matin, une patrouille de trois militaires a été agressée par un homme à l’aérogare d’Orly-Sud. Celui-ci les a menacés avec une arme et a tenté d’arracher le fusil d’assaut Famas d’une des militaires de l’armée de l’air. L’individu a finalement été abattu par les forces de l’ordre. C’est la quatrième fois que des militaires de Sentinelle sont attaqués depuis le lancement de l’opération.

>>À lire aussi: Attaque à Orly et Stains: Ce que l'on sait de l'assaillant abattu par les militaires

Après l’attentat du journal Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, le gouvernement lance l’opération Sentinelle. Quelque 7.000 militaires issus des différents corps de l’armée sont déployés en permanence en France afin d’assurer la sécurité du pays. Les patrouilles protègent des sites religieux, des lieux particulièrement exposés aux risques terroristes, ou très fréquentés. Tout comme les policiers, ils sont une cible privilégiée.

Des militaires blessés au visage

Le mardi 3 février 2015, à peine un mois après le début de l’opération, trois militaires ont été agressés à l’arme blanche à Nice. La patrouille se trouvait en faction devant un centre communautaire juif, quand un homme armé d’un couteau s’en est pris à eux. Un des soldats a été blessé au visage, l’autre au bras et au menton. L’assaillant a finalement été interpellé par les militaires eux-mêmes, aidés de policiers municipaux. L’attaque a rapidement été qualifiée d’attentat. Bilan : deux militaires blessés et un troisième choqué.

Un an, puis deux ans plus tard

Le vendredi 1er janvier 2016, un homme a foncé au volant de sa voiture sur quatre militaires en faction devant la grande mosquée de Valence. Celui-ci a dirigé délibérément sa Peugeot à deux reprises sur eux, les obligeant à faire usage de leurs armes après plusieurs sommations. L’agresseur a finalement été grièvement blessé et mis hors d’état de nuire. Dans l’attaque, un soldat a été touché par le véhicule au genou et au tibia. Un fidèle a également été légèrement blessé par une balle perdue.

Un an plus tard, le vendredi 3 février 2017 matin, un homme armé de deux machettes a attaqué des militaires en patrouille à l’entrée de la galerie du Carrousel du Louvre à Paris. Les soldats ont immédiatement ouvert le feu et blessé grièvement l’individu qui avait fondu sur eux en criant « Allahou akbar ». Deux militaires ont été légèrement blessés à la tête et à la cheville.