Un porte-char et une tractopelle disparaissent près de la base militaire d'Istres

DEFENSE De telles disparitions sont prises très au sérieux dans le contexte des attentats au camion-bélier de Nice et Berlin...

20 Minutes avec AFP

— 

Un porte-char de l'armée (illustration).

Un porte-char de l'armée (illustration). — Ministère de la Défense

Une disparition de taille. Un porte-char et une tractopelle appartenant au 25e régiment du génie de l’air (RGA) se sont volatilisés mi-janvier près de la base militaire d’Istres (Bouches-du-Rhône), selon une source militaire.

Le porte-char et la tractopelle ont disparu entre le 13 et le 17 janvier, a indiqué cette source, confirmant une information d’Europe 1. Une enquête judiciaire est en cours pour déterminer les circonstances de cette disparition, a-t-il été précisé.

Enquête de commandement

Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a ordonné pour sa part une enquête de commandement auprès de l’Inspection générale des armées, a-t-on précisé dans son entourage.

Les enquêtes de commandement ont pour but d’identifier d’éventuels dysfonctionnements ou risques pouvant peser sur le fonctionnement des armées. L’Inspection est composée de généraux des trois armées (terre, air, marine), de la gendarmerie nationale et de la Direction générale de l’armement.

La piste terroriste « pas privilégiée »

Selon Europe 1, le camion Renault Premium, tractant une remorque portant une tractopelle Terex, basé à Istres, a été dérobé alors qu’il était en stationnement en dehors de la base aérienne d’Istres.

De telles disparitions de matériel suscitent toujours des interrogations dans le contexte des attentats au camion-bélier perpétrés en 2016 à Nice le 14 juillet et à Berlin le 19 décembre. Cependant, à ce stade des investigations, la piste terroriste ne semble pas privilégiée, selon Europe 1.

Le 25e RGA relève de l’armée de terre mais est employé par l’armée de l’air, notamment pour la rénovation et l’aménagement de pistes sur les théâtres d’opérations extérieures.