Des diamants bruts (illustration).
Des diamants bruts (illustration). - Rex Features/REX/SIPA

Des sous-vêtements parmi les plus chers de l’histoire. Un homme qui s’apprêtait à embarquer dans un train pour Bruxelles à la gare du Nord à Paris a été arrêté par les douaniers avec 800 grammes de diamants bruts dans le caleçon, a-t-on appris mercredi.

Selon la douane, « le voyageur transportait des centaines de diamants bruts de diverses tailles, dans des paquets dissimulés dans ses sous-vêtements », fin décembre. Le lot a été expertisé à près de 300.000 euros.

L’homme, qui a expliqué venir de République démocratique du Congo, n’a pu présenter de document justifiant la légalité et la provenance des pierres, qui ont donc été saisies, une prise « exceptionnelle », pour la douane.

« Lutter contre les activités criminelles et terroristes »

L’importation de diamants bruts dans l’Union européenne est très encadrée, rappelle la douane. Depuis la mise en application du processus de Kimberley, ratifié en 2003, le commerce des diamants bruts nécessite la présentation d’un certificat attestant de la légalité et de la provenance des pierres.

Ce système de certification vise à stopper le commerce de « diamants de sang » ou « blood diamonds », diamants issus d’Afrique et vendus clandestinement afin de financer des guerres civiles.

« La lutte contre les flux financiers illicites est l’une des quatre priorités de la douane afin de lutter contre les activités criminelles et terroristes », a souligné Serge Puccetti, directeur de la communication à la Direction générale des douanes. « Cette action s’est fortement renforcée depuis les attentats » de 2015 à Paris.

Mots-clés :