Affaire Fiona: Cécile Bourgeon reste en prison pour ne pas aller «déterrer le cadavre de sa fille»

JUSTICE La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Riom a motivé sa décision de maintenir la mère de Fiona en détention...

Florence Floux

— 

Cécile Bourgeon (à gauche), au procès d'Adel Souissi, le 5 septembre.

Cécile Bourgeon (à gauche), au procès d'Adel Souissi, le 5 septembre. — Thierry Zoccolan / AFP

« Un mépris pour le peuple juge. » C’est ainsi que Gilles-Jean Portejoie, l’avocat de Cécile Bourgeon a commenté l’annonce du maintien en détention de Cécile Bourgeon, la mère de la petite Fiona. La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Riom (Puy-de-Dôme) a rendu sa décision ce mercredi matin.

>> A lire aussi : Affaire Fiona: Pourquoi le verdict suscite-t-il autant d’émotions?

« Nous allons demander sa mise en liberté provisoire, nous pourvoir en cassation et solliciter la récusation du président de la chambre de l’instruction », a indiqué le conseil de la jeune femme, condamnée à cinq ans de prison en novembre pour des délits dont la « non-assistance à personne en danger ». Ayant purgé les deux tiers de sa peine, ses avocats avaient réclamé sa remise en liberté mardi.

« On est satisfait de cette décision »

La chambre de l’instruction a motivé sa décision en s’appuyant sur le risque de soustraction d’indices et de pression sur des témoins. « Ils disent qu’elle risque de revenir déterrer le corps de sa fille », s’emporte Gilles-Jean Portejoie. Pendant le procès aux assises, lors duquel son ex-compagnon a été condamné à vingt ans de prison, Cécile Bourgeon avait indiqué qu’une fois libre, elle prendrait sa voiture et chercherait « jusqu’à le trouver » le lieu où elle a enterré Fiona, tuée en 2013 et dont le corps n’a jamais été retrouvé.

La suspicion de la chambre de l’instruction envers la jeune femme paraît donc justifiée, pour Charles Fribourg, conseil de Nicolas Chafoulais, le père de Fiona. « On est satisfait de cette décision, qui est conforme à la réalité du dossier, tant sur le plan factuel que sur le plan juridique, explique l’avocat. Avant d’ajouter au sujet des avocats de la défense : « On fait feu de tout bois dans ce dossier. Dès qu’une décision n’est pas satisfaisante, on conteste et on met en cause la probité du juge. Cela m’apparaît un peu bas. »

Cécile Bourgeon ne comparaîtra donc pas libre au procès en appel dont la date et le lieu n’ont pas encore été fixés.

Mots-clés :