L'éditorialiste Christophe Barbier.
L'éditorialiste Christophe Barbier. - IBO/SIPA

Payer les femmes autant que les hommes ? Pas réaliste car «  les entreprises vont avoir du mal à encaisser ce surcoût de main-d’œuvre », estime Christophe Barbier. Les propos de l’éditorialiste de l’Express, prononcés ce lundi sur le plateau de l’émission C dans l’air sur France 5, sont d’abord passés presque inaperçus. Repris ce mardi sur les réseaux sociaux, ils ont suscité un véritable tollé.

Réagissant à l’une des mesures proposées par Jean-Luc Mélenchon sur l’égalité salariale, le journaliste a donc estimé que le programme du candidat d’extrême gauche était une « utopie ». Ça ne « tient pas la route », y compris sur le plan des retraites, a-t-il expliqué ce lundi sur le plateau de France 5, déroulant son argumentation économique.

« Le surcoût » obligera « les entreprises à licencier »

Devant l’ampleur des réactions sur Twitter, le journaliste a tenu à préciser ce mardi sa pensée, démonstration à l’appui. Sur le réseau social, Christophe Barbier explique donc que « 1) il faut l’égalité hommes-femmes » mais que « 2) si on l’établit brutalement, le surcoût oblige les entreprises à licencier »… 

« Vous êtes sérieux ? », lui répond Cécile Duflot

Une explication qui a déclenché encore davantage de critiques sur les réseaux sociaux. Interpellée, la député écologiste Cécile Duflot s’est indignée : « Vous êtes sérieux », a-t-elle lancé au journaliste.

L’association Osez le féminisme, via l’une de ses porte-parole, n’a pas hésité à rappeler qu’une loi existait sur l’égalité salariale. « "A travail de valeur égale, salaire égal" c’est pas pour faire joli. C’est la loi ».

 

Mots-clés :